"À la suite d’une recherche exhaustive, la plus importante de l’histoire de la bibliothèque, les conservateurs ont conclu que les carnets de notes, signalés disparus pour la première fois en janvier 2001, ont probablement été volés", a indiqué la prestigieuse université anglaise sur son site internet.

La police du Cambridgeshire a été prévenue et les carnets, dont la valeur est estimée à plusieurs millions de livres sterling, ont été ajoutés à la base de données d’Interpol sur les œuvres d’art volées. "Je regrette profondément que ces carnets de notes restent introuvables en dépit de nombreuses recherches à grande échelle au cours des vingt dernières années, dont la plus grande recherche de l’histoire de cette bibliothèque plus tôt cette année", a précisé Jessica Gardner, la directrice des services bibliothécaires.

Cet appel à l’aide est lancé le "jour de l’évolution" qui commémore l’anniversaire de la première publication de L’Origine des espèces, ouvrage scientifique majeur du naturaliste anglais, le 24 novembre 1859.

Les travaux de Charles Darwin (1809-1882), père de la théorie de l’évolution, ont permis de comprendre que l’être humain n’était ni au centre ni au sommet du vivant.

À l’été 1837, à son retour d’un tour du monde à bord d’un navire scientifique de la marine britannique, le Beagle, il esquisse dans son carnet un "arbre de la vie", socle de sa théorie de la sélection naturelle qui sera présentée dans L’Origine des espèces.

L’université a expliqué que les deux carnets avaient été sortis de la salle où sont gardés les ouvrages les plus précieux de la bibliothèque pour être photographiés en septembre 2000. Lors d’un contrôle de routine en janvier 2001, il avait été constaté que la petite boîte les contenant, de la taille d’un livre de poche, ne se trouvait plus à sa place.