La Libre l'avait écrit la semaine passée : le prochain carnaval d’Alost faisait craindre "un tollé international". Comme attendu, les réactions furent vives ce dimanche après que les carnavaliers ont à nouveau présenté des chars et poupées moquant les juifs orthodoxes.

Parmi les critiques les plus acerbes, l'on retrouve Raphaël Glucksmann, député européen, qui tirait la liste du PS français aux dernières élections. Cet essayiste s'est fendu d'un tweet au vitriol : "Les Juifs sont de la vermine (de la vermine pleine de fric qui contrôle le monde quand même) et les nazis sont des gars sympas que les enfants applaudissent et avec qui on a bien envie de boire une bière. Bienvenue au carnaval d’Alost en 2020, en Belgique, cœur de l’UE. Dégénérés".


Le message de Raphaël Glucksmann était retweeté 900 fois et obtenait 1400 "j'aime" à peine trois heures après sa publication ce dimanche. Il générait également de nombreux commentaires.

Parmi ceux-ci, le cinéaste Xavier Beauvois répondait : "C’est hallucinant ! J’ai pas de mots". Celui qui a notamment réalisé le film "Des hommes et des dieux" ajoutait ensuite : "Une ville qui vient de se couvrir de honte, d’infamie, une ville à vomir".


Toujours dans le monde du cinéma, l'acteur et metteur en scène Eric Laugérias signalait que "l'antisémitisme est un crime, pas une opinion...". Avant d'ajouter : "minable".


Valérie Rabault, présidente du groupe PS à l'Assemblée nationale, répondait, elle aussi, au tweet de Raphaël Glucksmann : "C'est effroyable".

L'éditorialiste de LCI, Jean-Michel Aphatie, y allait aussi de son tweet de dénonciation : "A ceux qui croient ou répètent bêtement que la liberté d’expression permet de tout dire, l’entêtement malsain du carnaval d’Alost, en Belgique".


Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, a également réagi : "La Belgique au XXI e siècle, par ailleurs pays où l’on peut vendre et exposer librement des reliques nazis".