Un tribunal espagnol a déchu jeudi de ses fonctions pour 18 mois le président de la région de Catalogne, l'indépendantiste Quim Torra, pour avoir désobéi à la commission électorale, a annoncé la justice dans un communiqué. La décision de la cour supérieure d'appel de Catalogne n'est pas exécutoire immédiatement, M. Torra pouvant faire appel. Mais si elle était confirmée par la Cour suprême espagnole, elle pourrait lui coûter son poste, pour avoir refusé de retirer des emblèmes séparatistes de la façade du siège du gouvernement régional, pendant la campagne des élections législatives d'avril.

La révocation du président provoquerait une nouvelle crise dans en Catalogne agitée par le mouvement séparatiste depuis des années et pourrait entraîner de nouvelles élections régionales.

La cour supérieure d'appel, la plus haure instance judiciaire dans chacune des régions d'Espagne, constate dans sa décision que "le prévenu s'est refusé avec obstination et de façon réitérée à obéir" à la commission électorale.

La commission lui avait ordonné en mars de retirer des pancartes et des emblèmes séparatistes qu'il avait fait accrocher à la façade de la "Generalitat" lorsqu'il avait pris ses fonctions en 2018.

"Oui, j'ai désobéi", avait reconnu M. Torra lors de son procès. "Mais c'est parce qu'il était impossible d'obéir à un ordre illégal", avait-il ajouté, en se prévalant de la liberté d'expression.