"L'Union européenne sait que le reste du monde regarde la façon dont la Commission se comporte", a déclaré M. Wallace à la chaîne de télévision SkyNews. "Si des contrats et des engagements sont rompus ce serait très dommageable pour un bloc commercial qui se targue de (respecter) la loi", a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que "ce serait contre-productif". Soulignant la nature collaborative de la production de vaccins qui implique plusieurs pays dans le monde, le ministre a prévenu que "cela compromettrait non seulement les chances de leurs citoyens d'avoir un programme de vaccination approprié, mais aussi de nombreux autres pays dans le monde et nuirait à la réputation de l'UE".

"Essayer, en quelque sorte, de diviser ou d'ériger des murs ne ferait que nuire aux citoyens de l'UE et au Royaume-Uni", a déclaré plus tard le ministre dans une interview à la BBC.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a menacé d'interdire les exportations prévues si elle ne recevait pas ses livraisons de vaccins AstraZeneca.