Il ne s'est pas présenté à l'audience en définitive, rapportent les titres Sudpresse vendredi. Il a adressé mercredi un e-mail au président de la Cour, dans lequel il expliquait qu'en raison de la multiplication des cas de Covid, en France comme en Belgique, il craignait pour sa santé. Patrick Halluent indiquait par ailleurs dans ce message qu'il était une personne "à risque", présentant "une forte comorbidité".

L'avocate de plusieurs familles de victimes de l'Hyper Cacher, Laurence Cechman, a critiqué la démarche: "Une personne à risque, venant d'un trafiquant d'armes, c'est quand ça l'arrange!".

Le Carolo est en effet suspecté d'avoir fourni l'une des armes retrouvées auprès du corps d'Amedy Coulibaly, le 9 janvier 2015, après l'assaut de l'Hyper Cacher par les forces de l'ordre.

Parties civiles et avocats de la défense ont demandé qu'une visio-conférence soit programmée dans les prochains jours pour permettre à Patrick Halluent de témoigner.

Vendredi, un enquêteur de la police fédérale belge est aussi attendu à la barre pour témoigner.