Alors que les chrétiens célèbrent la fête de Pâques ce week-end, les événements et rassemblements ne seront pas à l'ordre du jour cette année. La crise du coronavirus, qui a fait près de 100.000 morts dans le monde, ayant poussé une grande partie d'entre eux à rester confinés. D'ailleurs partout, ou presque, les autorités sanitaires appellent à ne pas relâcher les efforts. 

Et malgré une coordination pas toujours bien huilée entre les différents pays de la planète, la communauté internationale essaie de surmonter, tant bien que mal, les divisions. Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, adresse d'ailleurs ce samedi un message aux chefs religieux de toutes les confessions, afin de tenter d'unir les forces en ces temps difficiles.

Voici la retranscription de son discours:

"Aujourd’hui, je souhaite lancer un appel spécial aux chefs religieux de toutes les confessions pour qu’ils unissent leurs forces afin d’œuvrer pour la paix dans le monde et se concentrer sur notre combat commun contre le Covid-19.

Je le fais à un moment particulier du calendrier spirituel.

Les chrétiens célèbrent Pâques, les juifs célèbrent la Pâque juive et, bientôt, les musulmans entreront dans le mois saint du Ramadan.

J’adresse mes vœux les plus chaleureux à tous ceux qui observent ces moments importants.

Ces occasions, comme on le sait, sont toujours des moments de communion : les familles se retrouvent, nous nous embrassons, nous nous serrons la main ; des êtres humains qui se réunissent, partout dans le monde.

Mais nous vivons une période sans précédent.

Nous essayons tous de trouver nos marques dans un monde étrange, surréaliste.

Un monde de rues silencieuses, de commerces fermés, de lieux de culte vides.

Un monde d’inquiétude.

Nous sommes inquiets pour nos proches, qui, eux aussi, s’inquiètent pour nous.

Comment célébrer dans un moment pareil ?

Puisons notre inspiration dans l’essence de ces moments sacrés, prenons le temps de la contemplation, du souvenir, du renouveau.

En nous recueillant, ayons une pensée particulière pour les personnels de santé, qui, en première ligne, livrent un combat héroïque contre ce terrible virus, et pour tous ceux dont le travail permet à nos villes et villages de continuer à vivre.

Pensons aux plus vulnérables parmi les vulnérables dans le monde. Celles et ceux qui se trouvent dans les zones de guerre, dans les camps de réfugiés, dans les bidonvilles, dans tous ces endroits démunis face au virus.

Et renouvelons notre foi les uns dans les autres ; puisons notre force dans le bien que nous voyons en ces temps troublés, où des communautés de confessions et de traditions diverses s’unissent pour prendre soin les uns des autres.

Ensemble, nous pouvons vaincre ce virus, et nous le vaincrons, grâce à la coopération, à la solidarité et à la foi en notre humanité commune."