La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devait présenter mercredi à la mi-journée une stratégie de sortie des mesures de confinement coordonnée entre États membres, afin d'éviter que les Vingt-sept ne sortent de la crise du coronavirus dans le même désordre qu'ils y sont entrés. Mais le point, qui devait faire l'objet d'une adoption au collège de la Commission mercredi matin, a été transformé en un débat d'orientation et la conférence de presse reportée sans date.

Alors que plusieurs pays ne savent pas encore quand ils pourront alléger leurs mesures de confinement, l'Autriche et le Danemark ont déjà averti la Commission et les autres États membres de la levée progressive de leurs mesures.

Ces signalements préalables constituent "un bon premier pas" dans la nécessaire coordination des mesures, a commenté mardi le porte-parole en chef de la Commission, Eric Mamer.

La Belgique aussi se prépare doucement. Un groupe de dix experts a été mis sur pied lundi pour préparer le déconfinement graduel du pays.

Lorsque la pandémie touché le continent, les États membres ont réagi en ordre dispersé, certains fermant leurs frontières, d'autres décrétant des confinements d'ampleur variable, d'autres encore refusant d'exporter du matériel médical, mettant à mal la solidarité européenne.

Le 26 mars dernier, les États membres avaient chargé Mme von der Leyen et le président du Conseil, Charles Michel, de préparer une stratégie de sortie coordonnée, ainsi qu'un plan de relance et d'investissements. La stratégie de sortie devait être adoptée ce mercredi par la Commission, puis présentée à la presse par Mme Von der Leyen. Elle doit contenir "des orientations, une vision de la manière dont les États membres devraient mettre en œuvre de manière coordonnée des mesures de sortie progressive du confinement".

Mais la décision a été ajournée. "Suite à une modification de l'ordre du jour, le collège tiendra un débat d'orientation (...) La conférence de presse de la présidente von der Leyen est donc reportée à l'adoption", a annoncé en fin de journée la Commission, sans préciser le motif du changement.

Mercredi, les commissaires discuteront aussi du plan de relance et d'investissement, au lendemain d'une réunion des ministres des Finances ce mardi qui doit clarifier la réponse socio-économique de l'UE à la crise. Selon la Commission, ce plan de relance devrait se fonder sur le budget pluriannuel de l'UE (2021-2027), sur lequel les Vingt-sept ne sont pas parvenus à s'accorder avant la crise. L'exécutif y voit l'outil "idoine" pour s'assurer que les investissements touchent l'ensemble des pays de l'UE, dans la perspective d'une "relance homogène".