"La situation sanitaire s'améliore et le pic de la troisième vague semble derrière nous. On note une baisse réelle de la circulation virale depuis dix jours", a commencé Jean Castex. Cependant, celui-ci a déclaré que le variant britannique faisait ralentir la baisse espérée des contaminations et que la pression restait forte sur les hôpitaux, même si la France semble avoir atteint "le haut de la vague des hospitalisations et que le début d'un reflux est à espérer d'ici quelques jours".

"Nous devons rester d'autant plus vigilants que l'épidémie reprend de la vigueur dans certaines régions du monde." Evoquant l'Inde et le Brésil, Jean Castex a assuré qu'il fallait encore durcir les règles de voyage concernant ces pays-là. "Un contrôle renforcé sera instauré dès samedi pour les personnes venant du Brésil, d'Argentine, du Chili, d'Afrique du Sud et d'Inde et qui atterrissent en France", a-t-il indiqué.

"Je vais toutefois vous présenter des perspectives", a poursuivi Jean Castex, qui précise que le contexte sanitaire reste "encore fragile", ce qui impose d'organiser la réouverture "par étape, de manière forcément prudente et progressive". Ainsi, "tous les lieux ne pourront pas rouvrir, en particulier ceux qui entraînent des concentrations importantes de public, sans possibilité de respecter les gestes barrière", a-t-il indiqué. Un travail de concertation est en cours avec les secteurs professionnels concernés, pour définir les assouplissements à venir "d'ici le début de l'été, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire".

Réouverture des écoles maternelles et primaires ce lundi, collèges et lycées en présentiel le 3 mai

Jean Castex a alors levé le voile sur de premiers assouplissements. "Les maternelles et les primaires reprendront bien ce lundi 26 avril", a confirmé le Premier ministre qui précise que cela se fera avec "un protocole très strict" et "un renforcement massif" des tests. Une commande de 64 millions d'autotests pour les personnels de l'éducation nationale puis pour les lycéens a d'ailleurs été faite. "400.000 tests salivaires hebdomadaires seront réalisés à partir de la semaine prochaine dans les établissements scolaires élémentaires", a aussi annoncé le Premier ministre qui précise que ceux-ci seront déployés en priorité dans les départements où la circulation du virus est la plus élevée.

Le ministre français de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a ajouté qu'"une classe serait fermée dès qu'un cas de contamination sera détecté dans une classe, comme cela avait lieu avant la fermeture des établissements il y a trois semaines".

Les collèges et les lycées reprendront eux les cours en présentiel dès le lundi 3 mai, a annoncé le Premier ministre.

Quid des autres assouplissements?

Les "commerces, certaines activités culturelles et sportives et les terrasses" pourraient rouvrir "autour de la mi-mai", sous réserve de l'évolution de la situation sanitaire et sous certaines "conditions" qui pourraient être "territorialisées", a déclaré Jean Castex.

"A partir du 3 mai également, nous pourrons lever les contraintes de déplacement en journée [NDLR: qui sont limitées aujourd'hui à 10 km autour du domicile] et envisager, sous réserve de l'évolution de la situation sanitaire, un nouveau train de réouverture autour de la mi-mai qui pourrait commencer par les commerces, certaines activités culturelles et sportives et les terrasses" a-t-il précisé.

"Cette liste n'est pas définitivement fixée elle sera assortie de conditions particulières, le cas échéant territorialisées, qui évolueront au fil des étapes. Nous aurons l'occasion de donner les orientations et précisions nécessaires dans les prochains jours", a encore indiqué le Premier ministre.

Un appel à se faire vacciner à l'AstraZeneca

Jean Castex a rappelé l'importance de la vaccination et a fait le point. "D'ici la fin de la semaine, 14 millions de personnes auront reçu une première dose de vaccin contre le Covid, ce qui représente un quart de la population", a-t-il annoncé.

Il a ensuite tenu à rassurer concernant le vaccin AstraZeneca, qui continue à susciter la crainte suite à quelques rares effets secondaires graves. "J'ai 55 ans et je suis vacciné avec l'AstraZeneca. J'invite chacune et chacun de ceux qui le peuvent à en faire de même", a insisté Jean Castex.

A noter que le ministre de la Santé Olivier Véran a pour sa part indiqué que le vaccin Johnson & Johnson serait administré "à compter de ce samedi".