"Un cessez-le-feu est annoncé à partir de 12 heures 00 minutes le 10 octobre 2020 dans des buts humanitaires", a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lisant un communiqué à l'issue des négociations.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a ensuite précisé à l'AFP que le cessez-le-feu commencerait samedi à midi, heure locale.

Le ministre Sergueï Lavrov a affirmé que le cessez-le-feu permettrait "d'échanger des prisonniers de guerre, d'autres personnes et les corps des tués en accord avec les critères du Comité de la Croix Rouge".

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont également engagés "à des négociations substantielles pour parvenir rapidement à un règlement pacifique" du conflit avec la médiation des co-présidents du groupe de Minsk de l'OSCE, a précisé M. Lavrov, lisant le communiqué.

Les "paramètres spécifiques" de la mise en oeuvre du cessez-le-feu seront convenus ultérieurement, a ajouté Sergueï Lavrov.

Ces négociation entre les ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais, à Moscou, ont duré plus de 10 heures et sont terminées très tard dans la nuit de vendredi à samedi.

Depuis le 27 septembre, séparatistes arméniens de la république autoproclamée du Nagorny Karabakh, soutenus par l'Arménie, et forces azerbaïdjanaises s'affrontent dans cette région montagneuse, revendiquée par les deux pays.

Le bilan officiel est monté vendredi à plus de 400 morts, dont 22 civils arméniens et 31 azerbaïdjanais. Il est cependant très partiel et pourrait être bien plus élevé, chaque camp affirmant avoir éliminé des milliers de soldats ennemis.

Paris appelle au "strict" respect du cessez-le-feu

La France, coprésidente du groupe de médiateurs dit de Minsk, a appelé samedi au "strict" respect du cessez-le-feu convenu.

"La France salue l'annonce d'un cessez-le-feu humanitaire entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Il doit maintenant être mis en oeuvre et respecté strictement afin de créer les conditions d'une cessation permanente des hostilités entre les deux pays", a déclaré la porte-parole de la diplomatie française, Agnès von der Mühll.

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont également engagés "à des négociations substantielles pour parvenir rapidement à un règlement pacifique" du conflit avec la médiation des coprésidents (France, Russie, Etats-Unis) du groupe de Minsk de l'OSCE, a précisé Moscou.

"Des discussions substantielles, auxquelles les parties se sont engagées sous l'égide des co-présidents du groupe de Minsk, doivent reprendre sans préconditions", a insisté la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

"La France reste mobilisée pour y contribuer dans ce cadre", a-t-elle ajouté.