Des troupes azerbaïdjanaises ont attaqué vendredi soir des combattants arméniens et "trois ont été blessés durant la fusillade qui a suivi", a déclaré le ministère de la défense du territoire.

Les combats au Nagorny Karabakh, qui ont fait des milliers de morts dans les deux camps, ont débouché en novembre sur un accord de cessation des hostilités négocié sous l'égide de Moscou, qui a acté une déroute militaire arménienne et accordé d'importants gains territoriaux à Bakou.

Une force de paix russe de quelque 2.000 soldats a été déployée dans la région pour assurer le respect du cessez-le-feu.

Lors d'une visite cette semaine en Azerbaïdjan, le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays a ouvertement soutenu politiquement l'Azerbaïdjan dans son offensive et a parfois été soupçonné d'une aide matérielle, a proclamé que "la lutte" contre l'Arménie n'était pas terminée.

"La lutte dans les sphères politiques et militaires va se poursuivre désormais sur de nombreux autres fronts", a-t-il clamé lors d'un discours en marge d'une grande parade militaire à Bakou.

Appelant les dirigeants arméniens à "revenir à la raison" après leur défaite dans cette guerre de six semaines, il a assuré que la reconquête de nombreux territoires par l'Azerbaïdjan "sera le début d'une nouvelle ère" dans cette région montagneuse du Caucase.