Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas. Mais comme tout le monde a pu le comprendre, elles seront bien différentes des précédentes. Avec une circulation du virus toujours très importante dans certains pays européens, les autorités travaillent sur différents plans qui pourraient permettre aux citoyens de célébrer Noël et Nouvel an, tout en évitant d'engendrer une troisième vague. Si la Belgique présentera les détails des mesures qui seront d'application pour les fêtes de fin d'année ce vendredi, le Royaume-Uni exposera son plan dès ce lundi. Le Premier ministre, Boris Johnson, a déjà annoncé ce week-end que l'Angleterre abandonnera le confinement national le 2 décembre. Il sera à nouveau question d'un système de restrictions locales que M. Johnson détaillera au cours de sa prise de parole.

Le Premier ministre envisagerait de rouvrir les commerces non-essentiels, a révélé Sky News. Il serait également question de permettre à nouveau aux Anglais de faire du sport en salle et de suspendre le couvre-feu de 22 heures pour les pubs et restaurants. Un important programme de testing devrait également être lancé. Mais quid dès lors de Noël ? Selon The Guardian et Sky News, Boris Johnson plancherait sur la mise en place d'une "pause" de cinq jours, qui débuterait le 24 décembre. Celle-ci devrait permettre aux familles (jusqu'à trois) de se réunir, tout en respectant certaines règles. Un tel mécanisme devrait toutefois recevoir l'aval des gouvernements écossais, gallois et nord-irlandais pour pouvoir être déployé sur l'ensemble du territoire. 

"Des milliers de morts inutiles"

Quoi qu'il en soit, l'annonce d'un potentiel "break de Noël" a déjà fait bondir les experts de la santé anglais. Selon The Guardian, ils estimeraient qu'une telle solution engendrerait une hausse des cas de coronavirus et "causerait des milliers de morts inutiles". Les scientifiques ont appelé à encore "un peu de patience". "Un vaccin ne va pas tarder à être lancé, a rappelé le professeur Brendan Wren (London School of Hygiene and Tropical Medicine). Nous devons accepter que ce Noël sera différent des autres et il faut garder les pubs fermés jusqu'à ce que la situation soit sûre." 

Interrogé par Het Laatste Nieuws, le biostatisticien belge Geert Molenberghs (UHasselt) a également tiré la sonnette d'alarme au sujet du plan qu'envisagerait de lancer Boris Johnson. "C'est dangereux, a-t-il fustigé. La rencontre de trois familles différentes en un même lieu signifie que de nombreux contacts étroits auront lieu. C'est dans ce genre de contexte que les gens peuvent se contaminer. Il faut être prudent à ce sujet." L'expert a ainsi plaidé pour qu'il n'y ait pas forcément d'assouplissement important à Noël en Belgique. "Moins de gens se rencontrent, mieux c'est, a-t-il conclu auprès de nos confrères de HLN. Mieux vaut restreindre maintenant pour pouvoir faire davantage de choses en janvier et février. Si nous laissons à nouveau la propagation du coronavirus prendre plus d'ampleur, il faudra beaucoup plus de temps pour stabiliser la situation. (...) Plus nous faisons diminuer le nombre de contaminations, plus les différents secteurs pourront rapidement rouvrir."