L'Organisation mondiale de la santé (OMS), vers qui tous les regards sont tournés depuis l'apparition du coronavirus fin décembre en Chine, a indiqué mardi avoir répertorié deux cas au sein de son propre personnel. Les cas ont été confirmés jeudi et vendredi derniers. "Les deux personnes sont rentrées chez elles et se sont isolées", a indiqué un porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève.

"Leurs collègues de bureau ont été contrôlés et nous attendons de plus amples informations à ce sujet", a-t-il ajouté.

L'OMS, dont le siège se trouve à Genève en Suisse, a instauré lundi le télétravail pour tout son personnel "non essentiel".

Le nouveau coronavirus a fait au moins 7.063 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

Plus de 180.090 cas d'infection ont été dénombrés dans 145 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'imparfaitement la réalité, un grand nombre de pays n'ayant pas mis en place une politique de dépistage de tous les cas suspects, comme l'a demandé pourtant l'OMS à de très nombreuses reprises.

En Suisse, 14 personnes sont décédées pour l'heure. Les cas d'infection ont doublé de samedi à dimanche, passant à plus de 2.200, mais la Suisse n'a testé jusqu'à présent que les cas graves.

Depuis mardi, le gouvernement suisse, qui a qualifié la pandémie de "situation extraordinaire" a pris les commandes des opérations, ce qui lui permet d'imposer ses mesures aux cantons, qui jusqu'à présent avaient pris des mesures très diverses.

Toutes les manifestations publiques et privées sont interdites, à l'exception des enterrements, et le gouvernement a fait appel à 8.000 militaires pour appuyer la réponse hospitalière, logistique et sécuritaire.

La Suisse a également rétabli les contrôles aux frontières avec ses pays voisins, sauf le Liechtenstein qui fait partie du territoire douanier suisse. 130 petits postes-frontières ont été fermés afin de canaliser le trafic frontalier aux grands passages frontières.

Le transit international de marchandises reste autorisé, mais le trafic ferroviaire passager a en revanche été réduit.

l'OMS demande aux pays européens de prendre les mesures les plus "audacieuses"

L'OMS demande aux pays européens de prendre les mesures les plus "audacieuses", a indiqué mardi à Copenhague le chef de la région Europe de l'OMS, rappelant que l'Europe était l'"épicentre" de la pandémie de nouveau coronavirus.

"Chaque pays, sans exceptions, doit prendre les mesures les plus audacieuses pour stopper ou ralentir la menace du virus", a affirmé Hans Kluge, à la tête de la branche Europe de l'institution. L'OMS Europe, qui s'étend de l'Atlantique au Pacifique, comprend 53 pays aussi hétéroclites que la Russie et Andorre, l'Allemagne et le Tadjikistan.