Le gouvernement italien a décidé de prolonger les mesures de confinement qui expiraient le 13 avril jusqu'au 3 mai, écrivent vendredi les médias italiens citant des sources syndicales.

Cette décision, toujours pas officielle mais qui devrait être adoptée à très court terme, a été annoncée jeudi après-midi au cours d'une réunion entre plusieurs membres du gouvernement, dont le Premier ministre Giuseppe Conte, et des représentants de divers syndicats, aussi bien de travailleurs que d'employeurs.

"Stop jusqu'au 3 mai, puis on sortira", écrit le quotidien La Stampa du groupe Fiat.

"L'Italie fermée jusqu'au 3 mai" titre en première page le Corriere della Sera, principal tirage de la péninsule.

"La date à marquer en rouge sur l'agenda des Italiens est le 4 mai: ce jour-là, si tout va bien, l'étreinte obligeant des millions de personnes de rester à la maison pourrait se relâcher", écrit le Corriere.

"Mais les personnes âgées et celles plus à risque devront être protégées plus longtemps", met en garde le journal.

Selon les médias, quelques rares exceptions à l'arrêt des activités jugées non essentielles, également en vigueur jusqu'au 13 avril, seront aussi accordées à partir de cette date: librairies et papeteries, peut-être les magasins de vêtements pour nouveaux-nés, et quelques entreprises produisant des machines agricoles, selon le Corriere.

Les derniers à rouvrir, à une date pour le moment inconnue, devraient être les bars, restaurants, écoles, dentistes ou salles de gym, assure pour sa part le quotidien de gauche La Repubblica.

Contrôles policiers renforcés à Pâques contre le virus

Les contrôles policiers seront renforcés pendant les fêtes de Pâques pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 en empêchant les Italiens de se déplacer sans raison impérieuse, a annoncé la ministre de l'Intérieur Luciana Lamorgese. "A Pâques aussi nous devons tous rester à la maison pour notre bien et celui de nos proches et pour permettre à l'Italie de repartir le plus rapidement possible", a déclaré Mme Lamorgese dans une interview vendredi au quotidien Corriere della Sera.

"C'est pour cette raison que les contrôles policiers sur les déplacements seront renforcés, pour éviter que les gens aillent dans leur résidence secondaire ou dans des localités touristiques. Ceux qui ne pourront pas justifier leur déplacement seront sanctionnés", a ajouté la ministre.

La pandémie de Covid-19 a fait déjà plus de 18.000 morts en Italie où les gens sont confinés depuis un mois. Seules sont autorisées les sorties indispensables liées au travail ou à la santé.

En dépit de l'interdiction pour les Italiens de quitter leur commune de résidence, les autorités craignent que les trois jours du week-end de Pâques, associés à un beau temps printanier prévu sur la péninsule, poussent les gens sur la route au risque de provoquer de nouveaux foyers d'épidémie.

"Je comprends qu'enfermés à la maison et avec l'arrivée de la belle saison les Italiens aient envie de revenir à la normalité (...) mais nous ne pouvons pas baisser la garde maintenant avec des comportements irresponsables", a insisté Mme Lamorgese.

Depuis le 11 mars, date du début du confinement des Italiens, les forces de l'ordre ont contrôlé près de six millions de personnes et en ont verbalisé plus de 220.000, a précisé la ministre.