"On peut être faussement rassuré" parce que l'augmentation de la circulation du virus a "peu de retentissement actuel" sur le système de soins, mais il peut y avoir "une augmentation très rapide, exponentielle, dans un deuxième temps", a-t-il averti, pointant "en particulier" la situation en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

"La France se situe à un niveau maintenant qui est inquiétant, qui n'est pas celui de l'Espagne mais qui n'est pas loin, avec un décalage peut-être d'une quinzaine de jours et qui est beaucoup plus sévère que celui de l'Italie", a-t-il estimé.

Aussi, "un certain nombre de mesures seront à prendre et à décider dans les huit à dix jours maximum, compte tenu du délai ensuite du retentissement de ces mesures", a jugé le Pr Delfraissy.

Il a notamment évoqué un renforcement de la protection des personnes âgées ou présentant un facteur de risque (diabète, obésité, maladies respiratoires...) afin de "créer une sorte de bulle autour de ces personnes".

Pour le reste de la population, "il faut que la France recommence à vivre", mais en étant "très actif sur la stratégie de tester/tracer/isoler", a-t-il ajouté, constatant que ce triptyque laissait encore trop à désirer.

© AFP