Répondant à un souhait exprimé par une demi-douzaine de pays, dont la France, la Belgique et l’Italie, le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé la tenue d’une visioconférence réunissant tous les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne, ce mardi.

À bonne source, on précisait lundi que cette visioconférence devrait débuter vers 17 heures. "L’objectif est de voir comment nous pouvons nous coordonner entre États membres, à tous les niveaux, pour mieux protéger nos citoyens", précise l’insider. Les leaders européens ont l’intention d’aborder tous les aspects liés au développement de l’épidémie de coronavirus dans les pays de l’Union, et de discuter, déjà, des conséquences sur le plan économique.

La session plénière et délocalisée du Parlement européenréduite à un jour

De son côté, le Parlement européen a décidé de réduire à une seule journée, celle de mardi, la session plénière qui devait commencer lundi en fin d’après-midi à Bruxelles. L’institution avait décidé la semaine dernière de déplacer à Bruxelles cette session initialement prévue à Strasbourg, ville hôte des plénières.

À l’issue de la conférence des présidents de groupe politique qui s’est tenue ce lundi après-midi à Bruxelles, le Parlement européen a drastiquement raccourci la durée de la plénière "dans le cadre de toutes les mesures qu’on est en train de prendre […] avec cette infection du coronavirus", a expliqué le porte-parole de l’institution, Jaume Duch. Il ne sera procédé à aucun vote lors de cette session, qui se cantonnera à trois débats sur des sujets politiques européens de première importance. L’un aura trait à la réaction européenne à l’épidémie de coronavirus, l’autre au budget européen 2021-2021, en présence de Charles Michel, quelques semaines après l’échec du sommet consacré à ce sujet et le troisième à la situation migratoire à la frontière gréco-turque.

Le Parlement européen avait déjà décidé, la semaine dernière, de restreindre l’accès de ces bâtiments aux personnes extérieures, à l’exception de la presse et des fournisseurs. Aucun cas de contamination par le virus Covid-19 n’a encore été enregistré dans cette institution. Au Conseil de l’Union, en revanche, deux cas ont été détectés. Après consultation de la présidence croate du Conseil, le secrétaire général de l’institution a arrêté plusieurs nouvelles mesures préventives. Le nombre de réunions du Conseil, de ses instances préparatoires et des groupes de travail sera réduit, de même que la taille des délégations. Et comme au Parlement, toutes les visites de groupes et les formations "non essentielles" sont suspendues.