Alors que le coronavirus continue de se propager dans le monde et inquiète de plus en plus, la Belgique et l'Europe prennent des mesures pour pallier l'épidémie.

Achat groupé de masques buccaux

La Belgique participe à un achat groupé au niveau européen de masques buccaux et autres équipements de protection pour faire face au coronavirus, a annoncé le Service Public Fédéral (SPF) de la Santé jeudi. La commande fait partie d'un achat groupé européen pour les États membres de l'Union européenne, a précisé le SPF Santé. Ce procédé permet de gagner du temps et de ne pas devoir négocier séparément avec les producteurs et les fournisseurs.

Le gouvernement belge utilisera concrètement ces équipements pour soutenir les médecins généralistes et les hôpitaux en cas de pénurie.

Le SPF Santé insiste également sur la nécessité de "réserver autant que possible les masques restants à ceux qui en ont vraiment besoin: les soignants et les personnes qui sont contaminées au coronavirus". "Pour toute personne en bonne santé, un masque a peu d'utilité", rappelle le SPF Santé.

L'UE envisage des mesures d'accompagnement aux secteurs touchés

Bruxelles envisage de proposer dans un mois, si c'est nécessaire, "des mesures d'accompagnement" aux secteurs économiques fragilisés par le coronavirus, a indiqué jeudi le Commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton.

Questionné sur la nature de ces mesures, le Commissaire français a déclaré: "c'est trop tôt pour le dire. Nous sommes pour l'instant dans l'analyse de la situation".

De très nombreux secteurs sont affectés par l'épidémie: le tourisme, tout d'abord, car, comme l'a constaté M. Breton, "nos amis chinois ne sont pas venus depuis deux mois en Europe".

Mais aussi beaucoup de secteurs avec des chaînes d'approvisionnement liées à la Chine: "l'automobile, la santé, l'électronique, le bois, les jouets", a cité M. Breton.

"Il est trop tôt pour mesurer l'impact exact, mais il est parfaitement adapté de nous mettre en mouvement en ce qui concerne la coordination de l'information et des mesures", a-t-il ajouté.

Les ministres européens de l'Economie, réunis jeudi à Bruxelles, comptent se retrouver dans un mois pour faire le point. "J'ai proposé de nous réunir à nouveau et ceci a été accepté par l'ensemble des Etats membres", a dit M. Breton.

"Nous en sommes à suivre jour après jour l'évolution des chiffres et c'est dans un mois que nous en tirerons les conséquences", a-t-il dit.