L'activiste climatique ougandaise Vanessa Nakate s'en est prise vendredi aux médias après que l'agence de presse américaine Associated Press (AP) l'a coupée d'une photo avec d'autres militantes, blanches.

"Ça m'a fait beaucoup de mal", a-t-elle déclaré sur le réseau social Twitter, dénonçant une approche raciste.


Vanessa Nakate ainsi que d'autres activistes du climat comme la Suédoise Greta Thunberg, sa compatriote Isabelle Axelsso, la Suisse Loukina Tille et l'Allemande Luisa Neubauer ont donné vendredi une conférence de presse à Davos, où se tenait le Forum économique mondial. Pour illustrer un de ses articles, AP a utilisé une photo de laquelle l'Ougandaise a tout simplement été coupée.

"Pourquoi m'avez-vous retirée des photos? Je faisais partie du groupe", s'est indignée Vanessa Nakate. Dans une vidéo publiée sur Twitter, entre-temps devenue virale, la jeune femme de 23 ans affirme avoir pour la première fois de sa vie compris la définition du mot "racisme".

"Ce qui m'a le plus blessée, c'est que j'ai vu à quel point la population africaine est affectée par la crise climatique, que des gens meurent dans mon pays, perdent leur maison (...) Qui va pouvoir parler pour tous ces gens si même ceux qui sont censés relayer notre message, les médias, sont si décevants ? " "Est-ce que cela signifie que je n'ai pas de valeur en tant qu'activiste africaine? Que la population africaine n'a pas de valeur? Nous ne méritons pas cela", poursuit-elle, dénonçant ce qu'elle considère comme la suppression de la parole des personnes noires dans le débat climatique. "L'Afrique est le plus petit émetteur de carbone, mais nous sommes les plus affectés par la crise climatique", clame-t-elle, en larmes.

Le directeur de la photographie d'AP a déclaré au site Buzzfeed que la photo avait été recadrée "purement pour des raisons de composition". L'image a depuis lors été changée. Mais ce n'est pas la seule "maladresse" dont l'Ougandaise a fait les frais. D'autres médias ont confondu Vanessa Nakate avec la militante zambienne Natasha Mwansa. L'agence de presse Reuters identifie actuellement les quatre autres activistes sur ses photos, mais pas Vanessa Nakate.