Avec près de 125 000 morts à la date du 27 avril, sur un total de plus de 207 000 victimes dans le monde, l’Europe est frappée de plein fouet par la pandémie de Covid-19. Mais celle-ci semble reculer progressivement, à tel point que, comme en Belgique, le déconfinement de la population est entrepris, pas à pas.

Si l’on prend le nombre de victimes par jour, comme le fait entre autres l’institut Our World in Data, la tendance à la baisse est généralisée dans le monde, le 16 avril ayant constitué un pic avec 10 439 morts en une seule journée, notamment aux États-Unis. Le 27 avril, ce chiffre était tombé à 3 946 morts dans le monde.

Mais la prudence reste de mise car les épidémiologistes craignent une seconde vague. D’où la question : comment relancer l’économie sans relancer l’épidémie ? Chaque pays européen a sa recette et, finalement, opte pour des étapes qui sont assez similaires à celles qui sont envisagées en Belgique.

1. En France, le Premier ministre détaille le plan de déconfinement ce mardi

Le Premier ministre Édouard Philippe doit présenter le plan de déconfinement à l’Assemblée nationale. Et plus qu’ailleurs, l’Élysée entend avoir le dernier mot. Le Conseil scientifique a répété samedi qu’il préconisait de garder les écoles et crèches fermées jusqu’en septembre. Mais le chef de l’État en a décidé autrement : Emmanuel Macron a déjà annoncé que le retour des 12 millions d’élèves s’étalerait à partir du 11 mai.

2. Au Royaume-Uni, Boris Johnson réapparaît en public

Boris Johnson est sorti de convalescence pour demander aux Britanniques, dos au 10 Downing Street, de respecter le confinement. La courbe de l’épidémie "commence à s’inverser", a-t-il dit, mais lâcher la bride maintenant pourrait entraîner "non seulement une seconde vague de mort et de maladie mais aussi un désastre économ ique". Le Royaume-Uni a enregistré 20 732 décès le 27 avril, sans compter sur les victimes non répertoriées dans les homes.


3. En République tchèque, le déconfinement avance vite

Le gouvernement britannique s’intéresse à la façon dont la République tchèque se déconfine, selon The Guardian. Parmi les premiers à déclarer l’alerte (dès le 11 mars, les écoles étaient fermées), Prague travaille par étapes. Dès le 20 avril, les mariages de moins de 10 personnes étaient autorisés et depuis le 27 avril, c’est le cas des services religieux de moins de 15 personnes. Les hôtels, restaurants, bars, cafés pourront rouvrir le 25 mai. Un déconfinement plus rapide qu’ailleurs, mais la pandémie n’a fait que 221 morts.

4. En Suisse, les coiffeurs et salons de beauté reprennent du service

Confinée depuis le 16 mars et fortement touchée par la pandémie, la Suisse continue son déconfinement. Lundi plusieurs secteurs d’activité ont pu reprendre, dont les salons de coiffure, jardineries, cabinets médicaux, salons de beauté et tatoueurs, tout en respectant des mesures strictes. Le port du masque n’est pas obligatoire dans les lieux publics.

5. En Italie, le secteur automobile a priorité sur les écoles

Les entreprises stratégiques ont repris lundi en Italie, car le gouvernement de Giuseppe Conte veut éviter des dommages "irréversibles" sur l’économie. Parmi les entreprises qui reprennent, notons l’usine Fiat Chrysler près de Turin et l’usine des motos Ducati près de Bologne, soit des entreprises situées dans la région qui a le plus souffert du coronavirus. Dès le 4 mai, des réunions familiales en petit comité pourront avoir lieu. Les habitants pourront aussi se déplacer dans leur propre région, mais pas d’une région à une autre. En revanche, les écoles restent fermées jusqu’en septembre.


6. En Espagne, les enfants peuvent jouer dans la rue

Cloîtrés pendant six semaines, les petits Espagnols peuvent depuis dimanche recommencer à jouer dans la rue, mais en évitant au maximum les contacts. Un nouveau plan de déconfinement doit être présenté ce mardi. L’Espagne est le troisième pays le plus endeuillé au monde, après les États-Unis et l’Italie.