"Ils disent que l'amour rend aveugle, mais en politique ce n'est pas le cas", annonce d'emblée Guy Verhofstadt dans la vidéo de 2 minutes postée sur les réseaux sociaux, ce samedi 13 février. Dans ce petit film, le député européen revient sans prendre de pincettes sur la stratégie de vaccination européenne qu'il juge être un " fiasco". "J'aime l'Union européenne, il n'y a pas de doute là-dessus. Je pense qu'en ces temps compliqués, l'intégration européenne est la seule façon d'avancer sur ce continent. Mais cela ne signifie pas que nous devons fermer les yeux quand quelque chose ne va pas. Au contraire, si vous croyez en l'Europe et que vous l'aimez, c'est votre devoir de faire entendre votre voix surtout quand l'Europe est en dessous de son potentiel et ne répond pas à vos attentes. Or c'est précisément ce qui se passe en ce moment avec la campagne de vaccination." 

Pour étayer ses propos, l'ancien président du groupe ADLE au Parlement européen expose les faits qu'il estime révélateurs de la catastrophe que représente cette campagne. M. Verhofstadt souligne ainsi qu'après presque deux mois le taux de vaccination reste dramatiquement bas. "En moyenne, pas plus de 4% des citoyens européens ont reçu une première dose", pointe le libéral flamand, qui fustige également le fait que "la plupart des nations ont presque effectué un arrêt" dans la vaccination ces derniers jours. Des constats qui contrastent avec la capacité de production de l'UE, selon l'ancien Premier ministre belge. "L'Europe est ni plus ni moins le leader mondial de la production de vaccins", ajoute-t-il. "Plus de 75% des vaccins sont produits en Europe."  

De lourdes conséquences sur la pandémie en Europe   

Ce qui laisse le libéral flamand perplexe, c'est de voir des pays comme Israël ou le Royaume-Uni avancer à des pas de géants, contrairement à l'Europe qui effectue plutôt des pas de souris. Le problème viendrait selon lui avant tout des contrats qui auraient surtout été établis à l'avantage des firmes pharmaceutiques. "Les échéances et les volumes pour les livraisons sont approximatifs ou indicatifs. Ils ne sont presque jamais obligatoires", regrette M. Verhofstadt, dans la vidéo qu'il a intitulée  "La vérité qui dérange à propos du fiasco de la vaccination en Europe". 

Il invite ainsi l'Union à rapidement changer de stratégie, estimant que ses errements "prolongent dramatiquement la pandémie de coronavirus sur le continent européen". "Les mesures actuellement prises sont hautement symboliques, insuffisantes et contre-productives", conclut-il, proposant de renégocier les contrats "mal conçus".