Les autorités judiciaires ont également saisi plus d'un million d'euros en argent liquide, biens immobiliers, voitures et montres. Deux fonctionnaires de l'entreprise ont été arrêtés.

Lors de cette perquisition menée sur des soupçons de blanchiment, de faux en écriture et d'autres délits, la police a aussi mis la main sur 10 armes et des munitions.

La justice soupçonne l'entreprise de blanchir de l'argent noir en trafiquant son administration.

La firme est censée recycler des déchets mais en trop faible quantité, la matière première (déchets de ferraille, plomb, zinc, cuivre, moteurs et transformateurs électriques) s'accumulant désormais sur plus de 10 mètres de haut. Une partie se retrouve sur le terrain adjacent.

La police a saisi trois maisons, l'administration de la firme, des centaines de kilos de métaux précieux, dont de l'or, 450.000 euros en espèces, des voitures dont une Maserati, une Ferrari et une Porsche, et 17 montres de luxe. Elle a également trouvé des biens volés tels que des plaques métalliques. De plus, le Service d'élimination des explosifs et munitions démontera dans les prochains jours un conteneur contenant des munitions et des mortiers obsolètes.