Dénudés, le dos rougi par de probables coups, des migrants se laissent photographier par Belal Haled, un photographe de la chaîne publique turque, la TRT. Ces derniers, essentiellement des hommes, forcés par les gardes-côtes grecs à reprendre le chemin de la Turquie ne sont vêtus que de leurs sous-vêtements. Selon l'auteur des clichés, les migrants frigorifiés se seraient vus contraints à enlever leurs vêtements par ceux mêmes qui les ont renvoyés en Turquie. C'est également la version de la chaîne publique turque. Après avoir interrogé nombre de ces personnes, la TRT a découvert  qu'elles avaient été maltraitées par les gardes-frontières grecs. 



Une autre version circule toutefois. Selon d'autres personnes présentes sur place, les migrants qui se déplacent avec la totalité de leurs biens seraient la cible de criminels.

Les images choquantes partagées sur la page Facebook du photographe ont fait réagir la Toile. Quelques jours auparavant, plusieurs vidéos suscitaient également l'indignation des Européens. Sur ces dernières, l'on voyait des gardes-côtes grecs tirer en pleine mer sur des migrants.  

La situation ne cesse de se détériorer depuis l'annonce de la Turquie le 29 février. Le pays avait expliqué mettre un terme à un accord de mars 2016 conclu avec l'Union européenne au sujet des migrants. "Des millions d'entre eux se dirigeront bientôt vers l'Europe", avait prédit Erdogan. La Grèce fait face depuis lors à un afflux important de personnes passant la frontière turque.