Le propriétaire du zoo de Novara, dans le nord de l'Italie, met en garde: il ne pourra pas éternellement nourrir ses 600 animaux si le confinement du pays dure trop longtemps et le prive de visiteurs. Sous le soleil, dromadaires, girafes, hippopotames, rhinocéros, éléphants, autruches, antilopes, bisons et pélicans vivent en liberté.

Et le propriétaire du Safari Park de Pombia, dans la province de Novara, Orfeo Triberti, se fait du souci pour eux. "La situation n'est pas encore tragique mais elle pourrait le devenir. Nos animaux ont besoin de nourriture en permanence. La question c'est le temps. Combien de temps cela va-t-il durer?", demande Orfeo Triberti.

Suite à ses appels, des familles ont acheté des tickets pour la réouverture, d'autres ont envoyé du matériel ou de la nourriture. "Les gens ont répondu à notre appel, à nos demandes d'aide. De la viande, des légumes, des fruits, du carburant nous ont été livrés. Le problème, ce sera d'assurer la continuité de l'approvisionnement", dit-il.

Un employé du zoo, chargé du suivi des bêtes, Alessandro Gambelli assure que "les animaux restent en bonne santé, ils vont bien, leur condition est toujours excellente, nous n'avons pas de souci particulier actuellement". Mais "tous les animaux sont en péril. Une fois que nous n'aurons plus de nourriture, nous aurons tous des problèmes", dit-il.

L'Italie est le pays qui a payé le plus lourd tribut à la pandémie de coronavirus, avec plus de 3.400 morts. Jeudi, la protection civile a annoncé avoir recensé 5.322 cas, un record. Les 60 millions d'Italiens sont soumis à un strict confinement depuis le 9 mars, avec une interdiction des rassemblements et une restriction drastique des déplacements.