Les ministres des Affaires étrangères de dix pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, France, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, République tchèque et Suisse) se sont réunis mercredi par vidéoconférence pour discuter d'une approche coordonnée en vue de restaurer à terme la possibilité pour tous de voyager dans l'Union européenne et dans l'espace Schengen après les restrictions imposées par la crise du coronavirus.

"La liberté de circulation et de déplacement à travers l'Europe est un élément fondamental du projet européen. Notre objectif est de restaurer la liberté de mouvement. Mais il est évident que nous devons le faire de manière à ne pas risquer de perdre le bénéfice des efforts considérables consentis par tous pour contrôler la pandémie. Il est important de pouvoir circuler en toute sécurité en Europe", a précisé le ministre belge, Philippe Goffin, dans un communiqué.

L'initiative de cette vidéoconférence émanait du chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas. L'Allemagne a rouvert samedi dernier sa frontière avec le Luxembourg, tout en assouplissant progressivement ses contrôles frontaliers qui avaient été renforcés dès le 16 mars pour endiguer l'épidémie de Covid-19.

Les dix ministres se sont félicités des orientations émises par la Commission européenne le 13 mai dans ses communications sur une approche progressive et coordonnée pour restaurer la liberté de circulation et lever les contrôles aux frontières intérieures. "Ces lignes directrices représentent une base importante pour les discussions en vue de convenir de critères pour les prochaines étapes", a souligné M. Goffin (MR).