Présidentielle 2022: Eric Zemmour annonce avoir récolté "entre 250 et 300 parrainages"

Le candidat était invité au 20H de TF1.

Quelques heures à peine après avoir officiellement déclaré sa candidature à la présidentielle 2022, Eric Zemmour a assuré avoir déjà récolté plusieurs centaines de parrainages. "Je sais bien que c'est le dernier espoir de mes adversaires que je n'ai pas les parrainages", a-t-il déclaré ce mardi sur TF1, précisant en avoir "déjà un grand nombre" qu'il estime "entre 250 et 300". Pour rappel, chaque candidat doit obtenir 500 signatures d'élus afin de pouvoir se présenter à l'élection.

"Les maires, même s'ils ne sont pas d'accord avec moi, ne voudront pas priver les Français de leur élection, ils ne voudront pas priver des millions de Français de leur candidat et ils me donneront, j'en suis sûr, leur parrainage. En tout cas je les appelle à le faire", a-t-il poursuivi.

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat"

Interrogé sur ses nombreux propos sexistes et misogynes, Eric Zemmour a assuré ne plus vouloir être vu comme l'écrivain ou le polémiste, mais bien comme un candidat. "Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat. Aujourd'hui on m'interroge sur mon statut de candidat à la présidence de la république (...) vous n'allez pas me ressortir ce que j'ai écrit", a-t-il déclaré, ajoutant que selon lui, sa candidature était celle qui défendait le mieux les femmes. Des déclarations en contradiction avec les accusations d'agressions sexuelles qui touchent le candidat.

Eric Zemmour est revenu sur ses condamnations pour provocation à la haine raciale. "J'ai été condamné sur le fondement de ma liberté d'opinion (...) pas parce que j'ai volé, j'ai tué et je sais qu'il y a beaucoup de Français qui pensent ce que j'ai dit", a-t-il dit, avant d'aborder le sujet de la religion. "Je serai évidemment le Président des Français de confession musulmane", a assuré TF1. "J'appelle tous les musulmans à s'assimiler et à renoncer à la pratique de l'islam qui consiste à imposer un code juridique et politique", a toutefois ajouté le candidat. Selon lui, "beaucoup de musulmans peuvent entendre ce discours".