"Irresponsable", "Clivant", "Il adopte le langage de Zemmour": la presse réagit aux propos polémiques d'Emmanuel Macron

Après la sortie polémique d'Emmanuel Macron, les médias français ont réagi avec virulence aux propos du président. Revue de presse.

"Irresponsable", "Clivant", "Il adopte le langage de Zemmour": la presse réagit aux propos polémiques d'Emmanuel Macron
©BELGA
G.J.

Mardi soir, Emmanuel Macron a défrayé la chronique. Dans une interview donnée au Parisien, le Président de la République française expliquait vouloir "emmerder les non-vaccinés jusqu'au bout." Une phrase qui a fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours.

Dans certains médias français, on souligne le jeu dangereux joué par Emmanuel Macron. Dans son Edito de ce jeudi, Le Figaro évoque un "Malaise démocratique". Tout en comparant cette stratégie à celle d'un certain Donald Trump. "En 2022, Emmanuel Macron veut-il pour la France un scénario américain ?", commence l'éditorialiste Vincent Trémolet de Villers. "Emmanuel Macron n'exempte pas seulement son gouvernement de tous ses manques (absence d'une véritable politique de l'hôpital, bureaucratie sanitaire tatillonne, incapacité à imposer le vaccin aux personnes à risques), il installe, volontairement, dans l'espoir d'en tirer un profit politique, le malsain eux et nous que l'on reproche au populisme." Le journaliste regrette également que le chef de l'Etat choisisse une "mise à l'index publique et humiliante d'une catégorie de Français qui n'enfreignent aucune loi".

Macron, populiste?

Libération a choisi un jeu de mots pour évoquer cette polémique: "Populiste à tout-vax" accuse en Une le journal de gauche avec une photo dynamique du président sur fond bleu marine. Dov Alfon, l'éditorialiste du quotidien souligne également une trumpisation de sa stratégie. "En faisant mine de présenter sa stratégie sanitaire, il a révélé essentiellement sa stratégie électorale, qui sera de "foutre la merde partout, comme le recommandait (...) Steve Bannon (NDLR, ex-proche de Donald Trump)."

Pour le journaliste, Emmanuel Macron a clairement choisi son adversaire au second tour. "Adieu aux habits présidentiels, à la grandeur de la fonction, au camp de la raison, au débat d'idées : préférant clairement un second tour face à Eric Zemmour, le président de la République adopte son langage et sa rhétorique", affirme-t-il. Tout en concluant: "On peut être vacciné et irresponsable, Emmanuel Macron vient de le prouver."

Le journal Le Monde a également choisi de titrer sur le sujet: "Macron choisit le clivage", explique le quotidien en Une. "La guerre est donc déclarée. Depuis près de deux ans, déjà, contre le Covid-19, qui empoisonne et meurtrit la France autant que le monde entier. Mais aussi, depuis quelques semaines, contre les quelques millions de citoyens qui refusent toujours de se faire vacciner. Au risque de braquer les Français les uns contre les autres, Emmanuel Macron assume désormais ouvertement, dans un entretien au Parisien mis en ligne mardi 4 janvier, mener une bataille sans merci contre les non-vaccinés", écrivent nos confrères.

"Un président en précampagne"

D'autres médias ont également reproché à Emmanuel Macron de déjà se lancer en campagne alors qu'il a un mandat a respecter. "Une fois encore, la difficile gestion de la crise sanitaire se retrouve otage des calculs d'un président en précampagne", soupire Laurent Mouloud dans les colonnes de L'Humanité. Le président "ferait mieux de s'atteler avec la même gourmandise à favoriser l'accès" aux vaccins, ajoute-t-il. "Quelque 4 milliards de non-vaccinés attendent toujours que les multinationales pharmaceutiques acceptent une levée des brevets. Levée des brevets qu'Emmanuel Macron ne s'est jamais emmerdé à demander".

Un avis qui trouve écho dans Le Courrier Picard. "Il a choisi de sortir de son rôle et de prendre une posture de candidat, sans se déclarer tout en le faisant bien comprendre", décrypte Bertrand Meinnel Pour la presse régionale, il s'agit d'un dérapage totalement contrôlé. "Comment imaginer une bourde dans une interview relue par l'Elysée ? Impossible", note ainsi un article du journal Midi Libre.

Sur le même sujet