Présidentielle française: Anne Hidalgo présente son projet jeudi et acte le refus de son idée de primaire

Engluée dans les sondages, Anne Hidalgo présente jeudi son projet présidentiel, fort de 70 propositions "autour de l'urgence sociale, climatique et démocratique", avec lequel elle espère se relancer après sa tentative avortée de rassembler la gauche.

Présidentielle française: Anne Hidalgo présente son projet jeudi et acte le refus de son idée de primaire
©AFP
AFP

A moins de trois mois de la présidentielle, au milieu d'un paysage totalement fracturé à gauche, la candidate socialiste marque, avec ce rendez-vous, son souhait de poursuivre sa campagne jusqu'au bout, avant la présentation de ses comités locaux le 20 janvier et un nouveau meeting le 22 à Aubervilliers, en banlieue parisienne.

Végétant entre 2 et 5% des intentions de vote dans les sondages, la maire de Paris avait proposé en décembre à ses concurrents à gauche de participer ensemble à une primaire pour désigner un candidat unique.

Sans succès, ses rivaux déclinant les uns après les autres. Pire ! Aux candidatures déjà nombreuses de Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel, Arnaud Montebourg, Yannick Jadot et Anne Hidalgo, s'est encore rajoutée celle de Christiane Taubira, qui devrait officialiser ses intentions ce week-end.

"Ce n'est pas Anne Hidalgo qui tourne la page du rassemblement", mais "elle prends acte" du refus de ses rivaux, l'écologiste Yannick Jadot en tête, explique à l'AFP sa directrice de campagne Johanna Rolland.

Résultat, ajoute le sénateur Patrick Kanner, elle "devrait rapidement confirmer qu'elle ne suivra pas la primaire populaire", initiative citoyenne à laquelle participe Mme Taubira et qui prendra la forme d'une investiture, du 27 au 30 janvier.

Désormais, la candidate du PS "se concentre sur le projet, le programme, et fait le pari de parler du fond", face aux "Français qui nous disent à ce stade que cette élection ne les intéresse pas", qu'"ils sont encore très préoccupés par la pandémie", et que "la gauche peine à imposer ses sujets et ses thèmes", ajoute Johanna Rolland.

"Anne Hidalgo avance et porte la bataille. Maintenant on entre dans le dur", assure Patrick Doucet, membre du comité de campagne, certain qu'elle "ne lâchera pas le drapeau et va aller jusqu'au bout".

Craint-il qu'à l'instar de la présidente PS de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, qui a annoncé son soutien à Christiane Taubira "dans sa volonté d'unifier la gauche", d'autres socialistes lâchent les rames de la barque Hidalgo, comme le sous-entend l'entourage de l'ex-ministre de la Justice?

Campagne âpre

"C'est de la gonflette", estime M. Doucet, qui juge que Mme Taubira est "une personnalité totem à gauche, mais pas une pure social-démocrate".

Il y aura "peut-être" quelques autres ralliements en Bourgogne-Franche-Comté, analyse pour sa part le maire de Cintegabelle et porte-parole, Sébastien Vincini. Mais "il faut savoir garder la nuque raide, on rentre dans une campagne âpre et difficile, il faudra aller convaincre pied à pied", mais "on a un projet solide, confronté à plusieurs experts", assure-t-il.

Anne Hidalgo présentera l'ensemble de ses propositions et leurs chiffrages - réalisés par la députée Valérie Rabault et l'ancien député Christian Eckert- lors d'une conférence de presse. Une partie a déjà été dévoilée lors de ses déplacements et discours, rappelle Boris Vallaud, en charge du projet avec le maire de Nancy Mathieu Klein.

Les enjeux de santé et d'éducation seront "très présents", précise Johanna Rolland. Figurera notamment sa proposition, qui avait fait débat, de doubler le traitement des enseignants, ou "pour commencer, aligner a minima le salaire des nouveaux professeurs sur le salaire médian des titulaires d'un bac +5".

Elle devrait aussi dévoiler "l'idée de quatre odyssées industrielles pour la France", "autour de la santé, des énergies renouvelables, de la décarbonation de notre industrie, et des mobilités", a-t-elle expliqué mardi devant l'association Europresse de journalistes européens à Paris.

Elle accordera dans son projet "une place très importante à l'Europe", a-t-elle ajouté, prévoyant de "porter la question de la transition écologique et sociale comme le moteur de l'union européenne", et de "rediscuter le pacte de stabilité".

Sur le même sujet