Présidentielle: Macron, qui devrait annoncer sa candidature la semaine prochaine, tiendra un premier meeting le 5 mars

Emmanuel Macron n'est toujours pas officiellement candidat à la présidentielle mais peu de doutes subsistent.

AFP
Présidentielle: Macron, qui devrait annoncer sa candidature la semaine prochaine, tiendra un premier meeting le 5 mars
©AFP

L'entrée en lice imminente d'Emmanuel Macron pourrait, selon les sondeurs, donner de la clarté à une campagne encore "confuse" pour de nombreux électeurs à six semaines du premier tour.

La date exacte de l'annonce de la candidature du président sortant n'est pas encore connue, mais l'AFP a obtenu mercredi auprès de trois sources LREM celle de son premier meeting: ce sera, sauf changement, samedi 5 mars à Marseille, au Parc Chanot.

Une source gouvernementale évoque "trois gros meetings" de campagne pour Emmanuel Macron, "dont Marseille et un autre dans l'ouest de la France".

Interrogé à la sortie du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a esquivé en soulignant qu'"il n'y a pas de mystère sur le fait que des formations politiques, y compris de la majorité, anticipent la candidature" du président, tout en appelant à se "méfier des bruits qui circulent".

En pleine crise entre l'Ukraine et la Russie, le chef de l'Etat a repoussé la question de sa candidature au plus près de la date limite fixée par le Conseil constitutionnel le 4 mars, même s'il dispose déjà des parrainages nécessaires pour se lancer formellement dans la course.

"L'entrée en lice d'Emmanuel Macron peut changer les choses et faire que la campagne s'ouvre vraiment", a affirmé à l'AFP Bernard Sananès, le président de l'institut Elabe. Il rappelle que "les intentions des Français d'aller voter sont toujours de 4 à 5 points inférieures à celles de 2017" à la même période, une tendance qui laisse craindre une forte abstention en avril.

Brice Teinturier, le directeur général délégué d'Ipsos, note de son côté "une espèce de difficulté pour les Français à entrer dans cette campagne".

Il a pointé sur France Inter un "manque de clarté" dû notamment à l'absence d'Emmanuel Macron, mais aussi à "l'affaiblissement du clivage gauche-droite, qui permettait d'ordonner, de créer des repères".

Pécresse recule encore

Un ministre croit savoir qu'Emmanuel Macron, déjà identifié comme "un réformateur économique", pourrait investir dans son futur programme des domaines tels que l'éducation, la culture, la jeunesse, la cohésion sociale et le climat.

Selon cette source, "l'idée est d'avoir quelques objets de rupture forts, quelques marqueurs".

Dans l'attente de M. Macron, deux sondages Elabe et Harris Interactive publiés mercredi confirment les dynamiques observées ces dernières semaines.

Le chef de l'Etat sortant est donné en tête avec 24 à 24,5% des intentions de vote, comme dans toutes les enquêtes d'opinion.

Dans la lutte pour la seconde place, synonyme d'accès au second tour, Marine Le Pen reste devant ses poursuivants avec 17 à 18% d'intentions de vote, tandis qu'Eric Zemmour oscille entre 13,5% à 15,5% et Valérie Pécresse continue de reculer à 11,5% à 13,5%. La candidate LR est talonnée par Jean-Luc Mélenchon (11-12%).

"On a le sentiment que l'électorat populaire, mais aussi celui qui est le plus loin de la politique, rentre progressivement dans la campagne, ce qui peut profiter à Marine Le Pen ou, à l'autre bout de l'échiquier, à Jean-Luc Mélenchon", souligne Bernard Sananès.

Pour la candidate LR Valérie Pécresse, au contraire, "le doute s'est installé dans l'électorat de droite", observe-t-il, avec "une érosion continue qui s'est accélérée".

Sur BFMTV, le ministre des Finances Bruno Le Maire, issu lui-même de la droite, a attribué les difficultés de Mme Pécresse à "la poursuite de la lente décomposition de l'espace politique des Républicains, qui n'existe pas".

A gauche, Jean-Luc Mélenchon bénéficie d'une "dynamique légère, mais continue", observe M. Sananès: "Si ça continue, cela pourrait peut-être déclencher un phénomène de vote utile comme en 2017".

Pendant ce temps, la crise russo-ukrainienne a continué à bousculer la campagne, Valérie Pécresse appelant à dire "stop" à Vladimir Poutine en lui infligeant des "sanctions vraiment puissantes", à l'issue d'une rencontre avec l'ambassadeur ukrainien à Paris Oleg Shamshur.

A l'extrême droite, le président du RN Jordan Bardella a prévenu sur Europe 1 qu'Emmanuel Macron devra "assumer une explosion des factures de gaz" des Français si la Russie prend des mesures de "rétorsion" aux sanctions européennes.

S'exprimant devant le Conseil économique social et environnemental (Cese), l'écologiste Yannick Jadot a plaidé, s'il est élu, pour lui donner "un droit de veto" sur les questions liées à l'état de droit ou l'environnement. Le communiste Fabien Roussel a lui souhaité que "les avis du Cese soient intégrés à l'élaboration de la loi".