Présidentielle française : Sarkozy inflige un nouveau coup dur à Pécresse

Valérie Pécresse tiendra un meeting très important dimanche prochain.

Présidentielle française : Sarkozy inflige un nouveau coup dur à Pécresse
©Montage AFP

La campagne de Valérie Pécresse n'est pas un long fleuve tranquille. Après un premier meeting, voici quelques mois, fort critiqué tant sur la forme que sur le fond, la candidate de droite peine à redorer son image. En témoignent les récents sondages qui la placent avec 10 ou 11% des intentions de vote, loin derrière Emmanuel Macron (28%), Marine Le Pen (17,5%) ou encore Jean-Luc Mélenchon (14%).

Les choses peuvent-elles encore changer d'ici le premier tour, qui se déroulera le dimanche 10 avril? Nul ne peut le prédire, mais Valérie Pécresse tiendra un meeting très important dimanche prochain. Important car il s'agira de son dernier avant le premier tour. Mais important aussi car symbolique: ce meeting se déroule en effet en Île-de-France, dans le Parc des expositions de la porte de Versailles. Un endroit qui ne doit rien au hasard car c'est dans ce lieu que Jacques Chirac avait fondé le Rassemblement pour la République (RPR), parti de droite entre 1976 et 2002 et devenu ensuite l'UMP. Ensuite, c'est là également que Nicolas Sarkozy avait officialisé sa candidature à la présidentielle, le 14 janvier 2007. Quelques mois plus tard, il devenait président de la République.

Si Valérie Pécresse pourra compter sur quelques soutiens de poids dimanche prochain, l'ex-président sera par contre le grand absent de l'événement. Pourtant invité, Nicolas Sarkozy a préféré renoncer. "Il a choisi d'être dans une forme de distance dans cette campagne, qui se déroule dans un contexte très particulier", indique son entourage à nos confrères du Parisien. Allusion plus que certaine au conflit en Ukraine.

Mais le média français ajoute qu'il s'agit tout de même là d'un fameux désaveu pour la candidate de droite, car il y a "peu de chance de voir le dernier président de la République issu du parti de droite adouber la candidature de son ancienne ministre". Le Parisien, qui rapporte des "mots durs en privé" de Sarkozy envers Pécresse, précise que du côté du parti LR, "ils sont aussi nombreux à espérer qu'il [Sarkozy, NDLR] n'appelle pas à voter pour Emmanuel Macron avant le premier tour de l'élection. Ce que les plus pessimistes considèrent déjà comme une forme de clémence de la part de Nicolas Sarkozy".

Sur le même sujet