"Il se passe quelque chose qui ne s'était pas encore produit auparavant": Jean-Michel Apathie explique pourquoi Marine Le Pen a ses chances à la présidentielle

Le journaliste politique donne son ressenti avant l'élection présidentielle qui se déroulera dans deux semaines.

M.Ch
"Il se passe quelque chose qui ne s'était pas encore produit auparavant": Jean-Michel Apathie explique pourquoi Marine Le Pen a ses chances à la présidentielle
©BELGA / AFP

Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont, selon les derniers sondages, les trois candidats les plus susceptibles de se retrouver au second tour de l'élection présidentielle française. Mais pour Jean-Michel Apathie, la présidente du Rassemblement national a même des chances de croire à la possibilité de décrocher l'Elysée.

C'est dans l'émission 24H Pujadas que l'éditorialiste de la matinale de LCI a annoncé son analyse de la situation à deux semaines du premier tour. "Pour les gens qui analysent la politique et qui sont des animaux intuitifs, il se passe quelque chose qu'il ne s'était pas encore produit auparavant. On n'est pas en 2017", démarre-t-il sur le plateau de David Pujadas.

En citant les exemples de la couverture de Libération "Elle est là" ou de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe qui confiait au Parisien que "bien sûr, Marine Le Pen peut gagner la présidentielle", Jean-Michel Apathie explique que son sentiment est partagé par d'autres observateurs. "Ce n'est pas pour crier au loup ou faire peur. Il y a bien des éléments objectifs qui dessinent cela."

Le journaliste se penche en premier lieu sur les sondages qui donnent Emmanuel Macron face à Marine Le Pen au second tour. "Selon les intentions de vote, le duel donnerait 54% de voix au président pour 46% à la candidate d'extrême droite. Alors qu'il y a quelques mois, elle n'atteignait pas les 35%. Aujourd'hui, de plus en plus de gens croient en la marque Le Pen." Précisons qu'un nouveau sondage donne encore un écart plus faible au second tour : 52,5% face à 47,5%.


En ce qui concerne les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen, la candidate avait perdu, selon les sondages, des voix au détriment d'Eric Zemmour en décembre. Seulement, selon les dernières estimations, la candidate du Rassemblement national a repris du poil de la bête. "Elle donne le sentiment qu'elle finit le plus fort cette campagne", indique Jean-Michel Apathie. Alors que pour Emmanuel Macron, les sondages annoncent une perte de support dans la dernière ligne droite.

L'éditorialiste pointe ensuite l'atout de la candidate d'extrême droite, son décalage avec le candidat Eric Zemmour. "Je cite Marine Le Pen, qui parle de Zemmour : 'son émergence et certains aspects rétrogrades de ses propositions ont permis aux gens de prendre conscience que nous n'étions pas cette caricature-là'", explique Jean-Michel Apathie. Avant d'apporter sa propre analyse : Eric Zemmour a présidentialisé Marine Le Pen, car lui ne l'est pas."

Léditorialiste conclut par "l'atout de Marine Le Pen", qui est son potentiel de voix chez les électeurs des autres candidats : les 11% de Zemmour, les 2% de Lassalle, le 1,5% de Dupont-Aignan, une part des 10% de Pécresse. "Emmanuel Macron n'a aucun apport positif de voix, que des apports défensifs", de ceux qui vont plutôt voter contre pour faire barrage à son adversaire. M. Apathie pointe également le potentiel "très fort" d'abstentionnistes chez les 15,5% de Mélenchon et les 4% de Roussel.