"Il va finir par voter pour moi, à force": Marine Le Pen tacle Macron sur certains points de son programme

La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen s'est amusée des convergences de vue entre le programme de Macron et le sien.

"Il va finir par voter pour moi, à force": Marine Le Pen tacle Macron sur certains points de son programme
©BELGA

Pas de temps à perdre pour les deux candidats toujours en lice dans la course à l'Elysée. Ce mardi, Emmanuel Macron (LREM) et Marine Le Pen (RN) étaient tous deux en déplacement dans le cadre de leur campagne d'entre-deux-tours, respectivement dans le Grand Est et en Normandie.

Après un passage sur les ondes de France Inter ce matin, la candidate d'extrême-droite a ensuite donné une conférence de presse sur l'état de la démocratie, dans la ville de Vernon.

Un septennat en lieu et place d'un quinquennat?

Lors de cette séance de questions-réponses, Le Pen a réaffirmé ses ambitions de victoire et rappelé plusieurs points clés de son programme. Elle a notamment proposé un nouveau format de mandat présidentiel. Au lieu d'un quinquennat, en vigueur depuis 2002, la candidate RN aimerait revenir au modèle du septennat "non renouvelable". Ce mandat de 7 ans non reconductible permettrait selon Le Pen de rendre "son prestige" à la fonction de président, et de pouvoir mener une action sur du long terme tout en évitant le risque de "campagne présidentielle permanente".

Suite à ses déclarations, une journaliste présente à la conférence de presse a fait remarquer à Madame Le Pen que le président-candidat avait lui aussi déjà évoqué l'idée d'un retour au septennat. Une similitude qui a beaucoup amusé la représentante de l'extrême-droite. "Il va finir par voter Marine Le Pen à force. Il reste dix jours à peu près, on ne sait jamais!", a-t-elle ironisé.

"Je laisserai plutôt le peuple décider"

Peu après la prise de parole de Marine Le Pen en Normandie, Emmanuel Macron est justement lui aussi revenu sur cette idée de septennat lors de son déplacement à Mulhouse.

"Le septennat est un bon rythme, je pense que c'est une bonne respiration par rapport aux législatives et au temps dont a besoin l'action présidentielle", a-t-il déclaré aux journalistes.

Toutefois, Macron ne s'est pas positionné sur le caractère renouvelable ou non de ce septennat. "Je laisserai plutôt le peuple décider", a-t-il précisé. "Je trouve cela 'étrange' de ne pas soumettre à consultation cette dimension quand on croit à la souveraineté du peuple", a encore fustigé le candidat d'En Marche.

Sur le même sujet