"Tricount entre Fillon et elle": sur les réseaux sociaux, la demande de dons faite par Valérie Pécresse fait beaucoup rire

L'appel aux dons de Valérie Pécresse a fait beaucoup réagir les internautes. Tout comme le fiasco de sa campagne.

Rédaction
"Tricount entre Fillon et elle": sur les réseaux sociaux, la demande de dons faite par Valérie Pécresse fait beaucoup rire
©AFP

Pour Valérie Pécresse, cette campagne présidentielle aura été un réel fiasco. Alors qu'elle avait gagné la primaire LR cet hiver, elle était censé incarner la renouveau de la droite. Mais les suffrages de dimanche ne lui ont finalement attribué que 4,9% des voix. Problème: il faut atteindre la barre des 5% afin d'obtenir le remboursement des frais de campagne.

"C'est une déception personnelle et collective", a-t-elle avoué après le résultat des élections. "La situation financière de ma campagne est désormais critique, nous n'avons pas atteint les 5% qui nous permettaient d'obtenir les 7 millions de remboursements de l'Etat. Ces 7 millions de remboursement manquent pour boucler le budget de cette campagne. [...] Je suis endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros", a également ajouté la candidate de la droite.

Face à cette situation dramatique, elle a fait un appel à tout ceux qui lui ont apporté leur vote. "Je lance un appel aux dons. J'ai besoin de votre aide d'urgence d'ici le 15 mai pour boucler le financement de cette campagne présidentielle. Il en va de la survie du parti républicain", a-t-elle précisé.

Un appel au financement populaire qui ne passe pas sur les réseaux sociaux. Depuis cette annonce, Valérie Pécresse en prend pour son grade. "Vu que Pécresse nous gratte des sous et que Fillon nous en doit, je propose qu'ils voient ça entre eux", ironise notamment un internaute.

Un autre propose "un Tricount" entre les deux personnalités de la même famille politique.

Certains ne comprennent pas comment, ni pourquoi, il faudrait aider l'ex-candidate en détresse. "Qu'elle aille bosser !" estime-t-on en reprenant l'un des tweets où elle expliquait que sa "valeur était le travail. Pas l'assistanat."

Des internautes ont également décidé de faire un don en signant des chèques... de 0€.

Certaines personnalités ont également réagi à cette cagnotte. Comme Jérôme Kerviel: "Je suis endetté à hauteur de 5 milliards ça va bien se passer tu vas voir". Ou l'humoriste Dan Gagnon. "Les gens n'ont déjà pas voulu soutenir Valérie Pécresse quand c'était gratuit", écrit-il.

En début de campagne, Valérie Pécresse était considérée comme la plus riche des douze candidats. Notamment pour sa passion pour l'art et les différentes oeuvres qu'elle possède. Dont deux tableaux de l'artiste espagnol Joan Miró estimés à 14.000 euros et à 10.000 euros. En réalité, elle avait affirmé que c'était surtout son mari qui était fortuné. "C'est son patrimoine. Moi je l'aime, c'est mon mari, mais c'est moi la candidate. Et je suis la candidate de la France qui travaille", avait-elle annoncé dans l'Obs.

Ce patrimoine la rendrait encore moins crédible pour certains. "Le patrimoine de Pecresse s'élève à 9,7 millions et elle vient faire la manche dans mon écran ? La même qui voulait soumettre les bénéficiaires du RSA à 15h de corvée parce qu'elle n'aime pas l'assistanat?", écrit un internaute.

Jean Lassalle y met son grain de sel

Ironie du sort, le candidat Jean Lassalle a de son côté indiqué qu'il allait verser un peu d'argent à Pécresse, ainsi qu'au PS et aux Verts, et "faire un don équivalent à chacun d’eux afin de respecter le principe d’égalité qui m’est si cher et qui a prévalu tout au long de cette campagne…" Tout en ajoutant, non sans ironie, qu'on a "souvent besoin d'un plus petit que soi", a écrit le chef de file de Résistons.