Présidentielle 2022: que disent les derniers sondages avant le débat?

Retour sur les informations importantes de ce mercredi 20 avril concernant l'élection présidentielle en France.

La Rédaction avec agences

Après une campagne extrêmement chargée, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvaient mercredi soir pour le duel incontournable de l'entre-deux-tours de la présidentielle, mais avec un écart plus serré qu'en 2017. Après moult tractations et tirages au sort, c'est le pouvoir d'achat, thème phare de la campagne de la candidate d'extrême droite, qui devait ouvrir le bal de 2h30.

Le fil infos de la journée de mercredi:

21h00 : Place au débat!

Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont tenu ce mercredi soir leur débat télévisé à 21h. Il est à revivre ici!

Présidentielle 2022: que disent les derniers sondages avant le débat?
©AFP


20h03 : Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont arrivés aux studios de La Plaine Saint-Denis

Le décor est planté: les deux finalistes à la présidentielle Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont arrivés mercredi soir au studio de Saint-Denis pour leur débat télévisé à gros enjeux, à quatre jours du second tour.

Arrivée la première vers 19h45, la candidate RN s'est déclarée "sereine" disant vouloir profiter du débat pour "expliquer aux Français mon projet, le vrai".

Peu après, le président sortant est lui aussi arrivé, accompagné de son épouse Brigitte, se disant "concentré et prêt pour un débat qui doit nous permettre à l'un et à l'autre d'expliquer nos idées, nos projets pour la France, de clarifier aussi tout ce qui doit l'être, de part et d'autre".

"Je crois qu'on est conscient de l'importance de ce moment, j'ai aussi à répondre de tout ce que nous avons fait durant les 5 années qui viennent", a-t-il ajouté dans un lapsus qu'il espère prophétique.

Présidentielle 2022: que disent les derniers sondages avant le débat?
©AFP
Présidentielle 2022: que disent les derniers sondages avant le débat?
©AFP


19h16 : Marine Le Pen en route vers les studios du débat

La candidate du Rassemblement national vient de quitter son domicile de La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) pour se rendre aux studios de La Plaine-Saint-Denis où aura lieu le débat de l'entre-deux-tours.


17h30: Que disent les derniers sondages avant le débat ?

Après un vote d'extrême droite qui a atteint un niveau record de plus de 30 % cumulés au premier tour, les sondages donnaient, avant le débat de mercredi soir, l'avantage au président sortant, avec 54 à 56,5 % des intentions de vote contre 43,5 à 46 % pour Marine Le Pen.



17h29: Le débat débute à 21h et est à suivre en direct vidéo sur notre site ou sur LN24

16h47: "Je ne pense pas qu'un débat de l'entre-deux-tours puisse faire basculer une élection"

Invité de RTL, David Pujadas s'est exprimé sur le débat de ce mercredi soir. Le journaliste qui avait animé en 2017 le débat entre Hollande et Sarkozy a estimé que le rendez-vous de ce soir "n'allait pas faire basculer" l'élection. "Je ne crois pas qu'il y ait un précédent où il a pu faire basculer l'élection. Je ne pense pas qu'on ait beaucoup à gagner dans un débat, je pense qu'on a beaucoup à perdre. On peut trébucher et Marine Le Pen l'a vécu à ses dépens, il y a cinq ans", a-t-il continué.

16h35: Philippe Olivier, l'homme qui murmure à l'oreille de Marine Le Pen pour "dédiaboliser" le Rassemblement national

Conseiller spécial et beau-frère de Marine Le Pen, Philippe Olivier est l'un des principaux artisans de la normalisation de façade du Rassemblement national. Mais qui est-il ? Réponse dans l'article ici.

15h28: "Emmanuel Macron va insister sur les incohérences de Marine Le Pen"

Lors du débat, Emmanuel Macron "va insister sur les incohérences de Marine Le Pen, qui a quand même dit tout et son contraire sur tout en cinq ans, et singulièrement sur les sujets géopolitiques, stratégiques", a assuré le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, en citant l'Ukraine et le président russe Vladimir Poutine.

"Changer d'avis systématiquement sur tous les sujets (...), a minima c'est un défaut de clairvoyance, au maxima c'est une preuve conséquente d'incompétence", a-t-il affirmé sur Radio J.

15h22: Maréchal et Peltier appellent Le Pen à "ne pas oublier les valeurs de la droite"

Marion Maréchal et Guillaume Peltier, vice-présidents du parti d'extrême droite Reconquête! d'Eric Zemmour, ont appelé mercredi Marine Le Pen à "ne pas oublier les valeurs de la droite" face à celles de gauche privilégiées pour attirer les électeurs de Jean-Luc Mélenchon d'ici le second tour dimanche.

A quelques heures du débat télévisé qui opposera dans la soirée la candidate RN à Emmanuel Macron, Guillaume Peltier a souhaité sur RTL que Marine Le Pen y "trace une perspective pour la France (...) et surtout, ce qui m'inquiète ce matin, qu'elle n'oublie pas la droite, les valeurs de la droite".

Au premier tour, "14 millions de Français ont voté pour des valeurs de droite et je suis un peu inquiet de voir cet entre-deux-tours uniquement tourner autour des valeurs de gauche (...) On ne gagne pas en oubliant les valeurs essentielles de son camp c'est-à-dire les valeurs de la droite française", a-t-il insisté, citant les questions de "la transmission, l'école, la natalité, l'immigration, l'islam, la délinquance", selon lui pas assez abordées depuis dix jours.

Marine Le Pen a insisté pendant sa campagne sur ses mesures en matière de pouvoir d'achat pour faire face à l'inflation et n'a pas exclu ces dernières semaines, si elle était élue, la participation à un gouvernement "d'union nationale" de personnalités venues "de la gauche chevènementiste, c'est-à-dire d'une gauche souverainiste".

Il faut "faire attention, ne pas parler exclusivement aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon", le candidat LFI arrivé troisième au premier tour, a abondé Marion Maréchal sur BFMTV et RMC.

Elle a ainsi fait part d'"une forme d'inquiétude sur le plan de la cohérence" de Marine Le Pen: "c'est un peu surprenant" d'"avoir une porte radicalement fermée, notamment à l'égard d'Eric Zemmour par exemple sur un potentiel gouvernement de Marine Le Pen", et dans le même temps de "vouloir absolument l'ouvrir à l'égard de personnalités par exemple comme Arnaud Montebourg".

Marion Maréchal a insisté sur la nécessité de répondre à l'appel lancé la veille par Eric Zemmour en faveur d'une "grande coalition des droites et de tous les patriotes" pour "bâtir une majorité" aux législatives de juin "contre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon".

Mais Louis Aliot, vice-président du RN et maire de Perpignan, a jugé l'appel prématuré et "trop vague". "On n'a pas dit non. On en discutera après la présidentielle", a-t-il répondu sur Europe 1.

Mais "si c'est pour jouer aux vieilles coalitions, (...) stop", a-t-il prévenu, en jugeant que "l'union des droites c'est se mettre dans un corner, et empêcher des millions de Français de venir nous rejoindre".

"Nous on veut dépasser cette union des droites", a confirmé Sébastien Chenu, porte-parole du RN, sur Cnews, préférant lui aussi "attendre" l'issue de la présidentielle.


14h44: L'opposant russe Navalny appelle à voter Macron

L'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a appelé mercredi à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle française, accusant le parti de sa rivale Marine Le Pen de compromission avec Vladimir Poutine.

M. Navalny s'est dit "choqué" dans une série de tweets du prêt de 9 millions d'euros contracté en 2014 par l'ancien parti Front National (devenu Rassemblement national) auprès d'une banque russe. "C'est de la corruption. Et c'est une vente de l'influence politique à Poutine", a dénoncé l'opposant, emprisonné en Russie depuis janvier 2021.

13h37: Dans quel état d'esprit se trouve Emmanuel Macron ?

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s'est exprimé en marge du Conseil des ministres sur le débat de l'entre-deux-tours et l'état d'esprit du président français. "Il aborde ce débat sereinement et avec beaucoup d'intérêt parce que c'est un moment démocratique important, parce que c'est un moment de clarification important qui permettra de rentrer le détail des projets", a-t-il expliqué, selon des propos rapportés par BFMTV.

12h39: A quoi va ressembler le plateau du débat ?

Dans une vidéo publiée sur Twitter, Léa Salamé et Gilles Bouleau ont présenté le plateau où se déroulera le débat de ce mercredi soir.



12h30: "Marine Le Pen et Emmanuel Macron jouent véritablement ce second tour dans ce débat"

Interrogée sur son éventuel stress avant le rendez-vous de ce soir, Léa Salamé a estimé que la pression "reposait sur les épaules des deux candidats". "Marine Le Pen et Emmanuel Macron jouent véritablement ce second tour dans ce débat", a estimé Léa Salamé, qui animera la discussion de ce soir avec Gilles Bouleau.



12h27: 170 personnalités féminines appellent à ne pas voter Le Pen

Dans une tribune publiée sur le site d'Elle, 170 personnalités féminines dont Camille Kouchner et Juliette Armanet appellent à "faire barrage à l'extrême droite". "Marine Le Pen est une femme, mais elle ne défend pas les droits des femmes", peut-on lire dans la tribune. "Ne nous y trompons pas. Et votons. Une femme d'extrême droite n'est pas moins dangereuse qu'un homme d'extrême droite."

11h49: Robert Badinter votera "pour Emmanuel Macron sans hésiter une seconde"



11h35: Les "deux points faibles de Marine Le Pen" qui pourraient la désavantager lors du débat

Les deux candidats à la présidentielle s'affrontent ce soir dans un débat très attendu. Mais la question que nombre d'observateurs se posent est si le rendez-vous télévisé peut encore changer la donne, au vu des derniers sondages. "La question pour ce soir est de savoir si un des deux à un moment dérapera", a estimé Alain Duhamel, éditorialiste sur BFMTV. "S'ils décident d'avoir un ton relativement courtois tout en se critiquant, ça ne changera pas grand chose. Mais si un des deux prend un risque, et plus particulièrement un mauvais risque, ça peut compter."

Concernant la prestation de Marine Le Pen en 2017, Alain Duhamel a estimé que cette fois la candidate a "davantage travaillé". Il lui a toutefois souhaité "bon courage", si elle venait à se lancer dans des réflexions économiques. Il a également affirmé que Marine Le Pen "avait deux points faibles". "Il y a tout d'abord son agressivité naturelle, mais je pense qu'elle arrivera à la refréner. Il y a ensuite son incompétence de fond. En matière économique, je ne lui ferais pas donner un cours en première année d'économie politique."

Enfin, concernant le président de la République, le journaliste politique a jugé qu'il "ne devra pas tomber dans plusieurs travers". "Il ne doit pas être trop condescendant, trop technique, il ne doit pas être trop ennuyeux ou volubile. Il devra faire des réponses courtes."

11h12: "Marine Le Pen représente un danger pour notre pays"

Interrogé dans les colonnes du Parisien, Gérard Larcher (LR) affirme qu'il votera pour Emmanuel Macron, ce dimanche. "Ce n'est ni quitus ni ralliement mais je pense que Marine Le Pen représente un danger pour notre pays", explique le président du sénat.

10h54: Emmanuel Macron dispose d'une avance "significative" dans un sondage ce mercredi matin

Avant le débat télévisé de ce mercredi soir, un sondage réalisé par Ipsos et Sopra Steria pour le Cevipof, la fondation Jean Jaurès et Le Monde place Macron en tête des intentions de vote. Le président réunit ainsi 56% des intentions de votes, contre 44% pour Marine Le Pen. "Cela témoigne d'une avance significative d'Emmanuel Macron", commente l'institut de sondage.

10h44: Ce que l'on sait concernant l'organisation du débat de ce mercredi soir

Marine Le Pen sera à droite et Emmanuel Macron à gauche. Du moins, ce sera le cas sur le plateau de la Plaine-Saint-Denis. Le tirage au sort a aussi déterminé l'ordre de parole des candidats à la présidentielle lors du débat de mercredi soir : Marine Le Pen ouvrira le bal sur le thème du pouvoir d'achat. Un thème qui "avantage indéniablement Marine Le Pen" , selon Benjamin Duhamel, journaliste politique de BFMTV. Suivront les thématiques de politique internationale, de sécurité ou encore de gouvernance - un séquençage aussi arrêté par tirage au sort. On ne connaît pas les temps de parole alloués aux deux adversaires politiques, à ceci près qu'il doit leur être égal.

10h10: Le message de Marion Maréchal à sa tante

Présente sur le plateau de BFMTV, Marion Maréchal a mis en garde Marine Le Pen: "Attention à ne pas parler exclusivement aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon comme la campagne en donne le sentiment", a-t-elle expliqué. Elle a également adressé un message à sa tante concernant les législatives du mois de juin, appelant à un "grande coalition des patriotes".



9h54: La bataille pour le "troisième tour"

Alors que les candidats se préparent au débat de ce mercredi soir, plusieurs politiques se sont relayés dans les matinales pour aborder ce qu'ils qualifient de "troisième tour", à savoir les législatives de ce mois de juin. Après l'appel de Jean-Luc Mélenchon aux Français pour l'"élire Premier ministre", Eric Coquerel - député de La France Insoumise de Seine-Saint-Denis - a confirmé que le parti se focalisait à présent sur "le troisième tour". "Nous souhaitons imposer la politique décidée par le peuple au niveau national", a expliqué le député.

Marion Maréchal a également pris la parole ce mercredi matin pour évoquer les législatives. La nièce de Marine Le Pen qui a rejoint le parti de Zemmour a appelé à une grande coalition des patriotes. "Ce serait terrible de passer à côté d'une majorité à cause de calculs de boutiques", a-t-elle estimé, adressant un message clair à sa tante.

08h50: Jean-Marc Nollet se dit "extrêmement déçu" par Emmanuel Macron

A quelques heures du débat crucial, le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet était l'invité de l'émission "Il faut qu'on parle" sur DH Radio. L'écologiste a analysé les programmes environnementaux des deux candidats à l'Elysée.

Si Nollet estime que les propositions d'Emmanuel Macron sont plus abouties que celles de Marine Le Pen, il déplore tout de même un manque d'ambition. " Macron s'était présenté en 2017 comme étant un candidat écolo. Il a fait un travail avec Nicolas Hulot au départ mais nous nous sommes très vite rendus compte que tout ça c'était du marketing", a regretté l'écologiste. "Je suis fondamentalement déçu par Emmanuel Macron. Au moment où il devait concrétiser l'accord de Paris, il était aux abonnés absent."

--> L'entretien complet est à retrouver ici <--

08h35: Marion Maréchal estime que Marine Le Pen "peut encore gagner"

En direct sur BFM TV ce mercredi matin, Marion Maréchal, qui s'est récemment ralliée à Eric Zemmour, a dit souhaiter la victoire de la candidate d'extrême-droite.

"Je pense qu'elle peut encore gagner. C'est la raison pour laquelle j'ai appelé à voter pour elle. Il n'y a pas d'ambiguïté possible face à Emmanuel Macron", a déclaré la vice-présidente de Reconquête

07h50: Jordan Bardella assure que Marine Le Pen se prépare au débat "depuis des mois"

Interrogé sur France 2 ce mercredi matin, Jordan Bardella n'a pas caché la hauteur de l'enjeu du débat télévisé prévu ce soir. Selon le numéro un du Rassemblement national, Marine Le Pen se prépare "depuis des mois" à ce duel.

"Ce sera la confrontation de 2 projets. On s'y prépare depuis des mois, ca fait 5 ans que nous travaillons ardemment, c'est le moment de toute une vie", a confié le soutien principal de la candidate d'extrême-droite.

06h55: --> Tout ce qu'il faut savoir sur ce débat crucial <--

6h45 : Une préparation différente pour les deux candidats

Pour préparer le débat de ce soir et ne pas reproduire sa prestation manquée de 2017, Marine Le Pen s'est isolée chez elle pendant les dernières 48 heures. "C'est une préparation psychologique, presque à caractère sportif" , glisse une source proche de la candidate du RN à nos confères de France Info. Emmanuel Macron, lui, continue d'exercer sa fonction de président et doit ainsi présider un conseil des ministres dans la journée, avant le débat de ce soir.


Sur le même sujet