Présidentielle 2022: pourquoi la campagne s'arrête-t-elle ce vendredi soir ?

Ce vendredi, à minuit, les Français devront faire leur choix. Et ils ne pourront plus être influencés par les médias ou les candidats. Voici pourquoi.

Rédaction
Présidentielle 2022: pourquoi la campagne s'arrête-t-elle ce vendredi soir ?
©AFP

Vendredi minuit : extinction des feux. Les candidats n'auront plus l'occasion de faire campagne pour devenir le futur président (ou présidente) de la République. Tous les médias seront également soumis à certaines règles très strictes.

Pourquoi se soumettre à un tel régime ? Emmanuel Macron et Marine Le Pen doivent respecter l'article 10 du décret du 8 mars 2001: "La campagne prend fin le vendredi précédant le scrutin, à minuit". En Outre-mer, tous les électeurs votent samedi et non pas dimanche. La campagne devait donc s'arrêter de la nuit de jeudi à vendredi.

Dans le jargon, on appelle cela le "silence électoral". Objectif: ne pas influencer les Français pendant cette période de réflexion. Comme l'explique le Conseil constitutionnel qui veut "garantir la sincérité du scrutin et d'éviter toute forme de pressions intempestives sur les électeurs."

Par conséquent, les équipes de campagnes ne peuvent plus distribuer le moindre tract, circulaire ou bulletin de vote afin de respecter une certaine forme de neutralité. Les appels, les messages ou les courriels électroniques "ayant le caractère d’une propagande électorale" sont proscrits.

En outre, ils ne peuvent plus rien indiquer ou changer leur site internet. Comme l'explique l'article L48-2 du Code électoral: "Il est interdit de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale juste avant l'organisation du scrutin sans donner la possibilité aux adversaires électoraux d'y répondre avant la fin de la campagne." Évidemment, aucun meeting ne pourra être organisé avant l'élection présidentielle qui se clôturera à 20h ce dimanche.

Comme expliqué précédemment, les médias aussi doivent respecter différentes règles. Par exemple, ils ne peuvent pas diffuser des interviews de candidats ou de leurs soutiens. En revanche, ils ont le droit "de diffuser des reportages sur le vote des candidats et des personnalités qui les soutiennent, tant qu'elles ne reprennent pas leurs propos", précise l'Arcom, l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique. Aucun sondage lié à l'élection ne peut être dévoilé également. En revanche, les médias peuvent évoquer l'organisation du vote ainsi que les enjeux de participation.

En cas de non-respect de cette loi du 19 juillet 1977, les médias risquent une amende de 75 000 euros. Des restrictions qui se lèveront ce dimanche à 20h. Ils pourront alors dévoiler aux Français qui sera leur nouveau chef d'État.

Retrouvez tous les résultats du second tour avant 20 heures ce dimanche sur LaLibre.be

Ce dimanche 24 avril aura lieu le second et dernier tour de l’élection présidentielle française 2022.

A chaque élection en France, nos sites de presse belges connaissent une grande affluence, attirant nombre d’internautes de nos pays voisins, car si la loi interdit aux médias français de donner des tendances avant 20h, il n’en est pas de même en Belgique. Notre journal, La Libre Belgique, fera donc état de résultats, des sondages et de tendances sans attendre la fin du scrutin, dans le courant de l’après-midi.

Nos journalistes seront nombreux sur le pont pour vous fournir une information de qualité sur cette élection française particulièrement importante.

La soirée du 24 avril sera couverte en direct par nos journalistes sur le terrain et depuis nos bureaux à Bruxelles.

Comment s’informer en amont de cette élection présidentielle afin de tout savoir ?

Le jour J, à savoir le 24 avril 2022, suivez-nous en direct pour découvrir les sondages et les résultats de cette élection française :

Sur le même sujet