Présidentielle 2022 : pourquoi les médias belges ont-ils les résultats et les sondages du second tour avant les journaux français ?

Parmi les journaux belges, La Libre a été le premier média à diffuser des résultats, sondages et estimations lors du premier tour de cette présidentielle française 2022. Nous comptons à nouveau informer au mieux nos internautes ce dimanche 24 avril lors du second tour.

Internaute consultant les résultats et sondages du second tour de l'élection présidentielle 2022 sur La Libre
©IPM

Tous les cinq ans, l'histoire se répète. Alors que la loi continue d'interdire en France la divulgation des résultats de la présidentielle avant 20h, de nombreux médias et internautes français s'agitent et soupçonnent les médias belges et suisses de dévoiler, le jour J, des résultats, sondages et tendances non fiables avant l'heure fatidique. En ce mois d'avril 2022, le phénomène s'est reproduit. France Télévisions, Le Monde, Libération, Le Parisien ou Le Journal du Dimanche ont contacté La Libre pour tenter de comprendre de quels résultats et enquêtes d'opinion nous disposions.

La Libre Belgique a d'ailleurs été particulièrement au centre des attentions après le 10 avril puisque, lors du premier tour de la présidentielle, nous avons été les premiers à publier, sur notre site internet, des résultats définitifs ainsi que les données d'un sondage et des estimations. Retour sur cette journée.

Les premiers résultats des territoires d'Outre-mer

Dès 14h40, nous dévoilions le pourcentage exact de voix obtenues par les différents candidats à Saint-Barthélemy. Moins de vingt minutes plus tard, nous avions pu recouper le résultat final en Martinique, avant de divulguer ceux de la Guyane, de la Guadeloupe et de nombreux autres départements d'Outre-mer tout au long de l'après-midi. La Libre est le seul média à avoir obtenu ces résultats définitifs, rapidement repris par d'autres sites belges et suisses.

Le premier sondage : Macron et Le Pen à égalité

Aux alentours de 17h30, un nouveau coup de chaud a agité notre rédaction puisqu'une source fiable nous a transmis les tout premiers chiffres d'un sondage effectué le jour du scrutin. Trop vite qualifié de "sondage sortie des urnes" par nos soins (comme s'était le cas techniquement lors des scrutins précédents), il s'agissait en réalité d'une enquête d'opinion réalisée sur Internet par un institut de sondage reconnu auprès d'un panel de citoyens représentatifs ayant déjà été voter. Celle-ci donnait le président sortant Emmanuel Macron (La République en Marche) et Marine Le Pen (Rassemblement National) à égalité avec 24% des voix, suivis de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) avec 19% des votes, Valérie Pécresse (Les Républicains) et Eric Zemmour (Reconquête) avec 8% des suffrages.

Ayant conscience que ces résultats allaient encore évoluer et se peaufiner dans les heures à venir, nous invitions nos internautes à la prudence. Nous précisions d'ailleurs qu'il s'agissait de "chiffres bruts non corrigés". Et comme pour tout sondage, il fallait évidemment tenir compte des marges d'erreur. Mais il nous paraissait nécessaire de publier ces données puisque deux candidats se dégageaient dans la course à l'Elysée.

Très réactif, le site jeanmarcmorandini.com se jouait de la loi française en annonçant en Une que "Le site belge La Libre publie un premier sondage 'sortie des urnes' avec des estimations qu'il nous est interdit de donner en France".

Présidentielle 2022 : pourquoi les médias belges ont-ils les résultats et les sondages du second tour avant les journaux français ?
©Morandini

Trois nouveaux sondages et une projection confirment le duo de tête du premier tour de l'élection

Peu après 19h, coup sur coup nous parvenaient les estimations nationales de trois autres sondages. Ces enquêtes d'opinion donnaient le même duo de tête, récoltant entre 23 et 25% des bulletins de vote. L'insoumis Jean-Luc Mélenchon arrivait systématiquement en troisième position, flirtant avec les 20%.

Ces sondages étaient confirmés par la suite, vers 19h30, par la première projection d'un institut réputé, qu'une source bien informée nous faisait parvenir. Cette projection sur base des premiers dépouillements, qui fournit des chiffres encore plus précis que les sondages, donnait également le représentant de La République en Marche et la candidate du Rassemblement national au second tour de l'élection.

Les résultats du deuxième tour

Même si les scores finaux de ce premier tour de scrutin ont finalement donné une avance de plus de quatre points à Emmanuel Macron (27,8% contre 23,1% pour Marine Le Pen), chaque information donnée par La Libre Belgique tout au long de cette journée provenait de sources fiables et d'instituts de sondages réputés.

Nous comptons évidemment à nouveau informer au mieux nos internautes ce dimanche 24 avril lors du duel final dans la course à l'Elysée en relayant des enquêtes d'opinions et premiers résultats fiables le plus rapidement possible.

Pourquoi la Belgique peut-elle donner des résultats des élections présidentielles françaises en avance ?

Les médias belges peuvent dévoiler les résultats de l'élection présidentielle en France avant 20h, contrairement aux médias français, tenus d'attendre cet horaire et la fermeture de tous les bureaux de vote pour pouvoir diffuser les premiers résultats. Pourquoi un tel privilège ? Il existe en la matière un cadre juridique : l’article 2 de la loi électorale du 19 juillet 1977 interdit à l’ensemble des médias de publier, diffuser ou commenter de nouveaux sondages en lien avec l’élection présidentielle, du vendredi minuit au dimanche à 20 heures. L'article L.48-2 du code électoral interdit en outre à tout candidat "de porter à la connaissance du public un élément de polémique électorale nouveau à un moment tel que ses adversaires n'ont pas la possibilité d'y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale".

L'article interdit également à tout citoyen de distribuer des tracts ou de faire du démarchage. Le non-respect de ces articles fait courir une lourde peine à celui qui ne les respecte pas. En effet quiconque tentera de divulguer la moindre information avant 20h encourt une peine de 75 000 euros d'amende. Cette règle n’étant applicable qu’en France, elle ne concerne pas les médias belges qui ont quartier libre pour divulguer tout résultat quand bon leur semble. C’est pourquoi sur le site de La Libre, les tendances électorales fiables et les premiers résultats des votes de l'élection présidentielle française sont publiés avant 20h.

Sur le même sujet