Face à la haine de Macron, la tentation de l’abstention et du vote contestataire

“Je m’étais juré de ne pas voter pour lui au second tour et de m’abstenir mais là, c’est un réflexe de survie” : prise de température sur un marché français avant l'ouverture des scrutins ce dimanche.

Face à la haine de Macron, la tentation de l’abstention et du vote contestataire
©AFP
Laurent Dupuis, envoyé spécial à Saint-Denis
À chaque entrée de Saint-Denis, ville de 111 000 habitants située à quelques kilomètres au nord de Paris dans le département de la Seine-Saint-Denis, les affiches de campagne de Jean-Luc Mélenchon sont recouvertes d’un "merci". 61,1 % des votants...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet