"Le pire est évité", selon Yannick Jadot qui invite les Français à poursuivre le combat pour l'écologie aux législatives

L'ex-candidat EELV à la présidentielle Yannick Jadot a estimé dimanche sur Twitter que "le pire" était "évité", en réaction à la défaite de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen face à Emmanuel Macron.

"Le pire est évité", selon Yannick Jadot qui invite les Français à poursuivre le combat pour l'écologie aux législatives
©AFP

"Le pire est évité mais le pays est plus divisé que jamais", a réagi l'écologiste dans un tweet, à l'annonce des premières estimations donnant vainqueur au deuxième tour le président-candidat Emmanuel Macron (LREM) avec près de 58% des suffrages contre Marine Le Pen (RN, environ 42%).

Yannick Jadot, qui avait obtenu 4,6% des voix au premier tour de l'élection, a également remercié "toutes celles et ceux qui ont fait barrage à l'extrême droite", représentée par la cheffe de file du Rassemblement National Marine Le Pen.

Pour lui, le combat n'est pour autant pas terminé: "Aux législatives, construisons le meilleur: l'alternative pour le climat, la justice sociale et la démocratie. Tout reste à faire", a-t-il enfin écrit, souhaitant désormais se concentrer sur l'entrée en juin prochain de députés écologistes à l'Assemblée nationale.

Dans un communiqué de presse paru dans la foulée, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou, ainsi que les porte-paroles du parti Eva Sas et Alain Coulombel ont pour leur part appelé "toutes les forces de gauche et écologistes à se rassembler pour esquisser une majorité alternative" à ces élections législatives.

Concernant la victoire du président sortant "réélu par défaut", celui-ci "devra gouverner en changeant sa méthode brusque et jupitérienne" et "entendre le vote de colère (...) de celles et ceux qui sont broyé.es ou ignoré.es par la société", ont-ils assuré.

Sur le même sujet