Présidentielle 2022: Emmanuel Macron félicité au téléphone par Joe Biden, Marine Le Pen prend quelques jours de vacances

Au lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron, suivez les dernières informations concernant la présidentielle 2022.

La rédaction (avec Agences)

Emmanuel Macron a été réélu dimanche président de la République pour un second mandat, lors du deuxième tour de l'élection présidentielle française.

Ci-dessous, retrouvez les dernières informations de ce lundi 25 avril concernant la présidentielle française 2022:

22h50: Le porte-parole de Marine Le Pen accuse Macron et Mélenchon de "connivence"

Sébastien Chenu, membre du RN et porte-parole de Marine Le Pen, est intervenu sur LCI lundi soir. Il a affirmé qu'Emmanuel Macron devait sa victoire à Jean-Luc Mélenchon et que le Président "renverra des ascenseurs" au candidat insoumis, comme par exemple "des circonscriptions dans lesquels on mettra des candidats assez faibles pour ne pas embêter Mélenchon", lors des législatives.

Sébastien Chenu est en réalité persuadé que Macron et Mélenchon ont agi de connivence. "Je pense tout à fait que ces gens-là se sont entendus sur le dos des Français", a-t-il déclaré, "On les a vus échanger leurs petits textos, se retrouver entre les deux tours [...] Je pense qu'Emmanuel Macron a des dettes envers Jean-Luc Mélenchon et que ce dernier compte se les faire rembourser".

"Jean-Luc Mélenchon est un soumis qui résiste avant le premier tour et qui se couche directement au second, et qui fait réélire Emmanuel Macron", a encore ajouté Sébastien Chenu.

21h05: Macron s'est entretenu avec Biden

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu lundi avec son homologue américain Joe Biden qui l'a félicité pour sa réélection, avant une prochaine discussion plus longue où ils évoqueront notamment la guerre en Ukraine, a annoncé l'Elysée.

Le président américain a souligné "les relations étroites et durables entre les Etats-Unis et la France, notre allié le plus ancien, basées sur les valeurs démocratiques partagées, les liens économiques, et la coopération en matière de sécurité", selon un communiqué de la Maison Blanche.

Joe Biden a aussi dit être prêt à "continuer à travailler de façon étroite avec le président Macron sur (leurs) priorités globales partagées". "C'était un appel de félicitations. Le président Biden tenait à féliciter dès aujourd'hui le Président pour sa réélection", a indiqué la présidence française.

19h44 : Marine Le Pen prend quelques jours de repos avant le 1er mai

Marine Le Pen va prendre quelques jours de repos à compter de ce lundi soir, avant de célébrer Jeanne d'Arc le 1er mai, a appris l'AFP auprès de son entourage. Lundi elle a animé deux réunions de son parti, un bureau exécutif (direction) et un bureau national (direction élargie) pour préparer les législatives des 12 et 19 juin. Dimanche prochain 1er mai, elle a prévu de déposer comme chaque année une gerbe en l'honneur de Jeanne d'Arc, à Paris.

Elle présidera également ce jour-là une "grande vidéo-conférence avec l'ensemble des candidats et des cadres pour les législatives". Le RN, qui réunit une commission d'investiture mardi, devrait avoir choisi d'ici la fin de la semaine autant de candidats que de circonscriptions, soit 577.

17h08 : Biden dit qu'il parlera avec Macron dans la journée

Le président américain Joe Biden a annoncé lundi qu'il parlerait dans la journée avec son homologue français Emmanuel Macron, réélu dimanche pour un second mandat face à la candidate de l'extrême droite Marine le Pen.

"J'ai tenté de le joindre hier soir. J'ai eu son équipe, il passait un bon moment à la Tour Eiffel. Et je vais discuter avec lui aujourd'hui", a déclaré Joe Biden. "Je me réjouis (du résultat) de l'élection en France", a-t-il aussi dit devant des journalistes à son arrivée à Washington, après un week-end dans son fief du Delaware. "Je suis impatient de poursuivre notre étroite coopération - notamment pour soutenir l'Ukraine, défendre la démocratie et contrer le changement climatique", avait-il tweeté dimanche, qualifiant la France de "partenaire-clé pour faire face aux défis mondiaux".

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait également, dimanche, félicité Emmanuel Macron, soulignant sa volonté de "renforcer" une "alliance et (une) amitié longue et robuste". La réélection du président français, pour cinq ans face à une extrême droite à un niveau historiquement haut, a été saluée à travers le monde, y compris par le président russe Vladimir Poutine.

16h30 : François Hollande s'exprimera jeudi sur les législatives

L'ancien président français sera l'invité de franceinfo jeudi matin. Il donnera sa lecture des résultats de l'élection présidentielle et devrait également aborder ce qu'il compte faire pour les législatives. François Hollande s'est déjà opposé par le passé à un accord du PS avec les Insoumis de Mélenchon.

Selon BFM TV, Emmanuel Macron se serait entretenu pendant une quinzaine de minutes avec François Hollande dimanche soir. La discussion aurait porté sur les résultats de l'élection, le score réalisé par Marine Le Pen ainsi que l'état du pays, assure des proches.

16h10 : Le camp d'Eric Zemmour réitère son appel à Marine Le Pen

"Marine Le Pen, en acceptant la main que je vous tends, vous avez l'occasion de mettre fin au cordon sanitaire qui stérilise les chances du camp national depuis 40 ans", a écrit l'ex-candidat de Reconquête! sur Twitter. "Saisissez-la, pas pour nous, pour la France. Faisons-le. Ensemble."

Dimanche soir, Eric Zemmour avait déjà appelé Marine Le Pen à s'unir pour les législatives, se heurtant à un refus du RN. Le porte-parole du parti de Marine Le Pen, Sébastien Chenu, a en effet déclaré sur BFM TV qu'il n'y aurait pas d'accord avec le parti de Zemmour. "On n'est pas du tout sur l'idée de l'union des droites. Nous, on est pour une grande union des patriotes. Il a fait 7%, il devrait se rappeler ceci, la politique, c'est l'école de l'humilité", a ainsi déclaré Sébastien Chenu, en réaction à l'appel du candidat Reconquête!.

Marion Maréchal, vice-présidente du parti Reconquête! et nièce de Marine Le Pen, a elle aussi demandé de rencontrer les responsables du RN. "Sans coalition, c'est Macron qui aura les pleins pouvoirs et Mélenchon qui disposera du 1er groupe d'opposition; avec une coalition, nous pouvons faire du camp national la 1ère force à l'Assemblée !", a-t-elle tweeté.

15h31: "Emmanuel Macron entre dans sa phase huître"

Au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, de nombreux observateurs s'interrogent sur la future composition de son gouvernement. Dans les rangs du Chef d'Etat également, les questions sont nombreuses. Mais les réponses se font attendre... Comme l'ont confié à BFMTV plusieurs proches du président, il se mure actuellement dans le silence. "Il entre dans sa phase huître", a expliqué un dirigeant de la majorité à la chaîne d'informations en continu française. Vous connaissez sa capacité à faire durer le plaisir. Il adore être le maître du temps." Le président français se trouve actuellement dans la résidence d'Etat de la Lanterne, située en bordure du parc du château de Versailles. Emmanuel Macron s'est ainsi mis au vert, afin de "travailler", comme l'a indiqué son entourage.

15h25 : Un village corse ne donne aucune voix à Macron et Le Pen

Les deux candidats au second tour n'ont reçu les votes d'aucun habitant d'Alzi. Un cas très rare vu qu'il s'agit de la seule commune en France dans ce cas. 34 personnes habitent ce petit village situé dans les hauteurs du Monte San Petrone, au nord de l'île. Et... 33 habitants ne se sont pas déplacés pour voter. Ce qui signifie que le taux d'abstention s'élève à 97,06%. "La journée a été très longue. Heureusement, les gens sont venus discuter. On a passé un moment de la journée ensemble même si personne n'a voté", a expliqué Simon Venturini, le maire.

Le seul bulletin à avoir été comptabilisé était un vote nul et blanc pour l'élection finale. Lors du premier tour, le candidat LREM et celle du RN n'avaient écopé d'aucune voix également. Jean Lassalle et Nicolas Dupont-Aignan en avaient obtenu chacun deux, contre une voix pour Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Éric Zemmour.

14h50 : Valérie Pécresse s'exprime après la réélection de Macron

L'ex-candidate LR a félicité le président pour sa réélection. Elle l'invite cependant à "ne pas se tromper" sur son succès, rappelant qu'il s'agissait pour de nombreux Français d'un vote par défaut. "Ce vote désillusionné et la puissance des extrêmes constituent un grand risque pour la France", a avertit Valérie Pécresse. "Nous ne devons pas laisser notre démocratie enfermée dans ce duel qui peut être explosif entre le pouvoir et les extrêmes", continue-t-elle, appelant les Français de la droite à ne pas se diviser lors des législatives.

Valérie Pécresse a ensuite fait le point sur l'appel aux dons pour rembourser sa campagne, "une urgence financière". Pour rappel, les frais de campagne de l'ex-candidate ne seront pas remboursés en raison de son score trop faible au premier tour. Endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros suite à sa candidature, Valérie Pécresse a donc lancé un appel aux dons. "Oui la démocratie a un coût, mais croyez-moi, ce coût est moins élevé que l'absence de pluralisme et de confrontation des idées", a assuré la Républicaine en remerciant les Français ayant participé. "Cet appel nous a permis de recevoir 2 millions d'euros, mais nous sommes encore loin du compte. C'est pourquoi je relance mon appel aux dons", a-t-elle annoncé. Valérie Pécresse a précisé s'adresser à tous les Français qui l'avaient soutenue, mais aussi à ceux qui partagent ses idées mais avaient choisi de faire barrage à l'extrême droite. Elle a assuré être très touchée par les messages de sympathie reçus après le premier tour.

14h00 : Un sondage détaille comment ont voté les électeurs par confession religieuse

Selon une enquête Ifop publiée ce lundi par La Croix et Le Pèlerin, les musulmans ont massivement voté pour Emmanuel Macron (85%), après avoir soutenu Jean-Luc Mélenchon lors du premier tour (69%). Les catholiques ont quant à eux eu un comportement presque identique à la majorité des Français, en votant à 55% pour le président sortant, contre 58% pour le reste de la population.

Les catholiques non-pratiquants ont été plus nombreux à voter pour Marine Le Pen (45%) que les pratiquants (42% pour ceux dans la moyenne, 39% pour les réguliers).

13h30 : La porte-parole de Marine Le Pen voit un "vrai message d'espoir"

Alexandra Masson, la porte-parole de Marine Le Pen a commenté les résultats de la candidate d'extrême droite. "Nous sommes très satisfaits de ce beau résultat (...) C'est un vrai message d'espoir", a-t-elle déclaré sur le plateau de BFM TV. "On a un certain nombre de français qui ne voulaient pas de Macronie. C'est un vieux parti politique, le Rassemblement national, Marine Le Pen n'en est pas à sa première élection. La défaite de 2017 avait été difficile", a poursuivit la porte-parole. "C'est une victoire pour nos idées, pour le parti et personnelle pour Marine Le Pen qui a montré une facette de sa personnalité, de son engagement et de ses convictions très forte" au cours de la campagne.

12h00 : Les personnes plus instruites ont voté Macron, les plus mécontentes pour Le Pen

Les groupes d'électeurs d'Emmanuel Macron étaient bien différents de ceux de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, ressort-il des résultats d'un sondage réalisé pour la chaîne France Info. Macron a surtout gagné auprès des électeurs les plus jeunes, mais aussi les plus âgés. Il a aussi récolté davantage de voix auprès des universitaires, des fonctionnaires et des travailleurs indépendants. La classe ouvrière et les chômeurs ont été moins prompts à voter pour lui.

Marine Le Pen, en revanche, a principalement remporté les voix des ouvriers et employés, ainsi que des personnes à faibles revenus. Elle a également marqué plus de points auprès des Français qui se disent insatisfaits de leur vie.

Parallèlement, l'amélioration de la performance de Le Pen par rapport à 2017 s'explique par le fait qu'elle a gagné dans un nombre plus élevé de circonscriptions.

Le score de Marine Le Pen a été le meilleur dans certaines parties du nord du pays ainsi que dans le sud, sans oublier les territoires d'outre-mer et de Corse.

Macron a plutôt gagné dans les grandes villes et les régions métropolitaines.

D'après les résultats provisoires annoncés par le ministère de l'Intérieur après dépouillement de tous les bulletins de vote, Macron a été réélu avec 58,5 % des voix, tandis que Le Pen a obtenu 41,45 % des voix lors du 2e tour de l'élection présidentielle qui a eu lieu dimanche.

11h30 : Jean-Marie Le Pen réagit à la défaite de sa fille

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du RN et père de Marine, a suivi de près les résultats de l'élection présidentielle dimanche soir. Nos confrères français du Parisien et de l'Obs ont passé la soirée en sa compagnie et ont récolté ses premières réactions au moment du verdict. "J'ai cru un moment que cette fois, c'était possible", a notamment réagi l'ex-candidat à la présidentielle, déçu du scrutin. "En réélisant Emmanuel Macron, les Français ont confirmé leur refus de s'arracher à un destin de décadence qui les mine", a-t-il ajouté.

Jean-Marie Le Pen a également eu des mots pour sa fille, qu'il a félicitée. "Elle sait ce que je pense, que mon cœur bat pour elle et pour tous les militants", a-t-il confié, affirmant qu'elle avait fait tout ce qu'elle avait pu dans cette élection.

Concernant sa petite-fille, Marion Maréchal, qui a rejoint le clan Zemmour, Jean-Marie Le Pen a reconnu "une petite erreur" de sa part. Mais "elle rejoindra le groupe de ceux qui veulent agir en faveur de la France".

11h00 : L'Union africaine félicite Emmanuel Macron pour sa "brillante" réélection

L'Union africaine (UA) a félicité lundi le président français Emmanuel Macron pour sa "brillante" réélection après sa victoire dimanche face à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, appelant à poursuivre l'établissement de "relations rénovées et mutuellement avantageuses" entre la France et l'Afrique.

"J'adresse mes chaleureuses félicitations au président Emmanuel Macron pour sa brillante réélection", a écrit sur Twitter Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l'UA.

"Je suis heureux de poursuivre avec lui notre engagement pour bâtir entre l'Afrique et la France, et plus largement l'Europe, des relations rénovées et mutuellement avantageuses", a-t-il ajouté.

De son côté, le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno, très engagé dans la lutte contre le jihadisme au Sahel, a également félicité Emmanuel Macron pour sa "brillante" réélection qui "cristallise un couronnement de son action politique interne et de son engagement international".

10h20 : Castaner dénonce "le jeu dangereux" de Mélenchon

Le patron des députés LREM Christophe Castaner a dénoncé lundi "le jeu dangereux" de l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon qu'il accuse de propager des "fake news" en qualifiant Emmanuel Macron de président "le plus mal élu (...) de la Vème République".

"C'est factuellement faux, à la fois en pourcentage et en nombre de voix", a affirmé M. Castaner sur France 2, en réaction aux déclarations de M. Mélenchon dimanche soir, après la victoire du président sortant face à Marine Le Pen.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, Emmanuel Macron a remporté le second tour avec avec 18,8 millions de voix (58,54%) contre 13,3 millions pour Marine Le Pen (41,46%).

"Le président François Mitterrand par deux fois a fait moins bien en nombre de voix et en pourcentage. Georges Pompidou, François Hollande et même Jacques Chirac ont fait moins bien", a expliqué le patron des députés LREM, accusant l'Insoumis de "balancer une fake news, qui d'ailleurs fait des petits et est reprise ensuite en permanence".

"Je pense que c'est un jeu dangereux, mais je suis convaincu que les Français auront la volonté de donner l'ambition et les moyens à Emmanuel Macron de pouvoir porter le pouvoir sur lequel il a été élu", a expliqué M. Castaner, en réaction à l'ambition de M. Mélenchon d'imposer une cohabitation lors du "troisième tour" des législatives en juin.

"Déjà en 2017, on avait entendu Jean-Luc Mélenchon remettre en cause l'élection parce qu'il n'était pas qualifié au 2ème tour, pour Jean-Luc Mélenchon, une élection qu'il ne gagne pas est une élection qui n'existe pas", a cinglé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV.

Le numéro deux de LFI Adrien Quatennens a immédiatement réagi aux propos du patron des députés LREM, l'appelant à "redescendre d'un étage".

"La réalité, c'est qu'Emmanuel Macron est élu dans un océan d'abstention", qui a atteint 28% lors du second tour de dimanche, a-t-il affirmé également sur France 2.

Ce taux d'abstention est plus important que celui enregistré en 2017 (25,44%), et représente un record depuis la présidentielle de 1969 (31%).

"La moitié des électeurs qui ont voté pour lui hier l'ont fait à la faveur d'un vote barrage de l'extrême droite et non par adhésion", a-t-il souligné. "Oui, il est donc extrêmement mal élu, il est extrêmement faible", a-t-il ajouté.

09h15 : "Pour Mélenchon, une élection qu’il ne gagne pas est une élection qui n’existe pas"

Sur BFM TV, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal est revenu sur les déclarations de Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré que Macron était le "plus mal élu des présidents de la Ve République". "Pour Jean-Luc Mélenchon, une élection qu'il ne gagne pas est une élection qui n'existe pas" a commenté Gabriel Attal. Ce dernier ne se tracasse d'ailleurs pas trop concernant les prochaines législatives toutes proches: "Je suis convaincu que les Français donneront à Emmanuel Macron les moyens d'agir pour les protéger."

Toutefois, le porte-parole du gouvernement est conscient que le président réélu devra opérer des changements et adopter une "méthode nouvelle": "On veut aller beaucoup plus loin, beaucoup plus fort. On veut inventer une méthode nouvelle pour associer plus largement les Français autour de grands chantiers; la santé, l'éducation, construire au plus près du terrain" a ainsi déclaré Gabriel Attal.


09h05 : Louis Aliot (RN) tacle Zemmour, qui doit "dégonfler sa tête"

Alors que Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national, avait déjà déclaré plus tôt ce lundi matin ne pas vouloir s'allier au parti d'Eric Zemmour en vue des législatives (lire ci-dessous), le maire RN de Perpignan Louis Aliot en a rajouté une couche sur France Inter. "Je ne vois pas comment il pourrait y avoir une alliance avec Reconquête aujourd'hui, vu la manière dont Eric Zemmour a traité hier le problème", a estimé Louis Aliot, avant d'ajouter: "Éric Zemmour a été un homme du système toute sa vie. Je pense qu'il faut qu'il dégonfle sa tête, qui est énorme, et qu'il arrête d'insulter les gens".


09h00 : Le président chinois Xi Jinping "félicite" Macron pour sa réélection

Le président chinois Xi Jinping a envoyé lundi un message à son homologue français Emmanuel Macron pour le "féliciter" de sa réélection, a indiqué la télévision chinoise CCTV.

"Je souhaite continuer à travailler avec le président Macron pour défendre (...), comme depuis l'établissement de nos relations diplomatiques, les principes d'indépendance, de compréhension mutuelle, de clairvoyance et d'avantages mutuels", a déclaré M. Xi.

08h30 : "Une belle victoire" pour Bruno Le Maire

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance sous Macron, a déclaré sur France Info que "c'est une belle victoire, il y a eu un vote d'adhésion, des millions de Français se sont reconnus dans la politique d'Emmanuel Macron". Le ministre ne nie toutefois pas la "colère" de millions de Français: "Notre devoir, notre responsabilité absolue c'est de répondre aussi à ces millions de nos compatriotes qui sont dans l'inquiétude".


08h00 : Une femme future Première ministre?

Sur le plateau de BFM TV, Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, a confié qu'Emmanual Macron avait "le souhait d'une nomination féminine à Matignon". Une future femme Première ministre? L'homme politique a toutefois ajouté: "Il ne faut pas résumer l'ensemble de la situation politique au poste de Premier ministre. Il y aura certainement du renouvellement."


07h45 : "Les électeurs de Mélenchon ont fait la différence"

Invité sur le plateau de France Inter, Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a assuré que "les électeurs de Mélenchon ont fait la différence" lors de ce deuxième tour. "Les Françaises et les Français, c'était difficile pour eux d'utiliser le bulletin de vote d'Emmanuel Macron, y compris pour battre Marine Le Pen. Ce sont les électeurs de Jean-Luc Mélenchon qui ont fait la différence", a-t-il ainsi avancé, avant d'ajouter: "On a finis troisièmes au premier tour, on peut finir premiers au troisième tour".

Toujours du parti de La France Insoumise, le député Alexis Corbière a lui critiqué la réélection de Macron. "Il est le président le plus mal élu. Seulement 38% des électeurs inscrits ont voté pour lui alors que beaucoup de gens ont voté pour faire barrage à Marine Le Pen. Il est minoritaire", a-t-il décalré sur BFM TV.

07h30 : Le Rassemblement national ferme la porte à un accord avec le parti de Zemmour

Alors que dimanche soir, Eric Zemmour avait appelé le parti de Marine Le Pen à se joindre à eux en vue des législatives, le RN a coupé court ce lundi matin. Son porte-parole Sébastien Chenu a en effet déclaré sur BFM TV qu'il n'y aurait pas d'accord avec le parti de Zemmour. "On n'est pas du tout sur l'idée de l'union des droites. Nous, on est pour une grande union des patriotes. Il a fait 7%, il devrait se rappeler ceci, la politique, c'est l'école de l'humilité", a ainsi déclaré Sébastien Chenu, en réaction à l'appel du candidat Reconquête!.

A noter que le porte-parole du RN a assuré que Marine Le Pen ne devrait pas redevenir présidente du parti, poste actuellement occupé par Jordan Bardella. "Je ne suis pas sûr que ce soit le souhait de Marine Le Pen de redevenir présidente. C'est une immense femme politique. Elle a un statut très particulier, elle ne va pas se renfermer sur un parti politique", a-t-il assuré.

06h00 : Les résultats du dépouillement complètement terminé, selon le ministère de l'Intérieur

Emmanuel Macron a été réélu président de la République ce dimanche face à Marine Le Pen en recueillant plus de 58,54% des suffrages exprimés, un score en baisse par rapport à leur précédent duel de 2017. Il s'agit de résultats définitifs. Face au candidat de La République en marche, Marine Le Pen a obtenu elle donc 41,46% des suffrages. Un score historique pour l'extrême droite en France.

02h20 : Biden félicite Macron, dit que les deux pays coopèreront pour "défendre la démocratie"

Le président américain Joe Biden a félicité son homologue français Emmanuel Macron pour sa réélection dimanche, affirmant que leurs deux pays continueraient à coopérer pour "défendre la démocratie". "Je suis impatient de poursuivre notre étroite coopération - notamment pour soutenir l'Ukraine, défendre la démocratie et contrer le changement climatique", a tweeté M. Biden, qualifiant la France de "partenaire-clé".

"Nous sommes impatients de poursuivre notre étroite coopération avec la France sur les défis mondiaux, en renforçant notre alliance et notre amitié longue et robuste", a tweeté pour sa part le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

00h15 : Zelensky félicite Macron

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a félicité dimanche son homologue français Emmanuel Macron pour sa réélection. "Félicitations à @EmmanuelMacron, un vrai ami de l'Ukraine, pour sa réélection!" a tweeté M. Zelensky. "Je lui souhaite de nouveaux succès pour le bien du peuple (français). J'apprécie son soutien et je suis convaincu que nous avançons ensemble vers de nouvelles victoires communes. Vers une Europe forte et unie!" a-t-il ajouté.

MM. Macron et Zelensky se sont entretenus à de nombreuses reprises depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, et la France a livré à l'Ukraine des armes pour au moins 100 millions d'euros, notamment des missiles antichars Milan et des canons Caesar.

Sur le même sujet