Elections en France : Damien Abad, l'homme qui fait bouillir Les Républicains

La potentielle "trahison" de ce député de l'Ain fait l'objet de nombreuses spéculations depuis plusieurs semaines. Et son tweet de félicitations à Emmanuel Macron dimanche soir n'a rien arrangé...

Damien Abad, chef de groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale
Damien Abad, chef de groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale ©AFP

Fragilisés par leur cuisante défaite à la présidentielle, Les Républicains (LR) ont dû réaffirmer mardi leur "indépendance" face à la macronie. En cause : les craintes de défections des membres du parti vers la formation d'Emmanuel Macron en vue des élection législatives de juin.

"Notre famille politique porte sa propre voix: celle d'une droite indépendante et populaire qui doit exister par elle-même", a affirmé le parti en conseil stratégique. LR a aussi dit refuser la "logique du parti unique à la disposition du président de la République", selon une motion adoptée à l'unanimité moins deux abstentions.

Parmi ces absentions, on retrouve celle de Philippe Juvin, le maire de La Garenne-Colombes, qui estime que "les partis de gouvernement doivent travailler ensemble". Mais on retrouve aussi et surtout celle de Damien Abad, qui n'est autre que le chef des députés LR à l'Assemblée nationale. Or, après le calamiteux 4,8% de Valérie Pécresse au premier tour de la présidentielle , les rumeurs de ralliement vont bon train. Et Damien Abad est au cœur des soupçons.

Une rencontre avec le conseiller d'Emmanuel Macron

Celui-ci a d'ailleurs rencontré, la semaine passée, Thierry Solère, conseiller d'Emmanuel Macron et "débaucheur en chef des personnalités de droite", selon Le Figaro . Cette rencontre, révélée par nos confrères français, a fait l'objet d'un article publié alors que les députés LR étaient justement réunis ce lundi. "On s'est tous regardés, un peu effarés", a expliqué un élu. "Mais personne n'a rien dit. Pourtant, on était tous en train de bouillir. De toute façon, la réunion touchait à sa fin."

Cette entrevue s'est faite sur invitation de Thierry Solère, a réagi M. Abad auprès de l'AFP. Et de préciser qu'elle était restée "de l'ordre de l'échange de vues".

La potentielle "trahison" de ce député de l'Ain fait l'objet de nombreuses spéculations depuis plusieurs semaines. Et son tweet de félicitations à Emmanuel Macron après le débat de l'entre-deux-toursn'a rien arrangé...

"Avant de bouger, il attendra d'être certain de décrocher un portefeuille. Tout dépend de son deal avec Solère", se lance un élu contacté par Le Figaro . "S'ils arrivaient à le débaucher, on serait clairement dans la panade pour les législatives", renchérie un autre cadre du parti. "Macron a un levier sur nous si le président du groupe part", commente encore un autre élu.

Ce qui inquiète Les Républicains, c'est que Damien Abad entraîne une vingtaine de députés dans son sillage. Pour un groupe qui en compte une centaine, une telle débandade ferait office de cinglant désaveu. Le parti veille actuellement à éviter que d'autres félons ne se révèlent.

Sur le même sujet