Après avoir ouvert la porte à un accord en vue des législatives, le PS suspend les négociations avec la France insoumise

La gauche française, avec les écologistes, tente de s'unir pour les élections législatives de juin. Le PS a ouvert la voie à un rapprochement avec le parti de Jean-Luc Mélenchon ce vendredi matin, avant de se rétracter.

Après avoir ouvert la porte à un accord en vue des législatives, le PS suspend les négociations avec la France insoumise
©MAXPPP/AFP

Contre-sens. Après avoir souscrit aux propositions du programme de la France insoumise en vue d'un accord aux législatives, ce vendredi matin, le Parti socialiste fait marche arrière. A la mi-journée, le parti de gauche a annoncé la suspension des négociations avec LFI.

Dans un message envoyé en interne, le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure a justifié sa décision de suspendre les négociations : "Nous souhaitons parvenir à un accord de toute la gauche et des écologistes (...), mais pour y parvenir cela suppose une vraie logique partagée. Il faut rompre avec toute logique hégémonique et accepter la pluralité. A ce stade nous n'en avons pas la garantie", comme l'ont rapporté plusieurs médias français. "L'Union populaire arrivée largement en tête lors du premier tour de la présidentielle porte la responsabilité de ce rassemblement. A elle d'apporter la preuve de sa volonté d'initier de nouvelles pratiques. Pour le moment nous suspendons donc la discussion", a-t-il poursuivi.

Plus tôt ce vendredi, les socialistes avaient ouvert la porte à des négociations en actant des convergences avec le programme porté par Jean-Luc Mélenchon, comme l'augmentation du Smic à 1400 euros nets par mois, la retraite à 60 ans, la planification écologique, l'abrogation de la loi El Khomri (réformant le code du travail), la VIe République, par exemple. La déclaration a fait grand bruit et a suscité de l'enthousiasme du côté de LFI surtout, mais ce rapprochement est mal passé auprès de certains socialistes.

Sur le même sujet