Le journaliste controversé Taha Bouhafs retire sa candidature aux législatives françaises, Mélenchon réagit: "Je m'en veux"

Taha Bouhafs se présentait aux législatives à Vénissieux (Rhône).

Le journaliste controversé Taha Bouhafs retire sa candidature aux législatives françaises, Mélenchon réagit: "Je m'en veux"
©AFP
E.L

Dans un communiqué publié sur Twitter ce mardi, le journaliste Taha Bouhafs a annoncé retirer sa candidature aux législatives françaises. Le militant, qui avait été investi par la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) dans la 14e circonscription du Rhône la semaine dernière, a justifié son retrait par le flot de critiques dont il est la cible.

"Depuis plusieurs semaines, j'encaisse une tempête d'attaques sans précédent", déplore-t-il. "Je crois bien avoir acquis la certitude qu'aux yeux de beaucoup, je n'ai pas le droit d'exister politiquement".



La candidature de Taha Bouhafs, condamné à 1.500 euros d'amende, notamment pour injure publique pour avoir traité la syndicaliste policière Linda Kebab d'"Arabe de service", avait en effet fait couler beaucoup d'encre dans les rangs de la gauche. Le secrétaire national du Parti Communiste, Fabien Roussel, avait ainsi demandé à La France insoumise de "revoir" la candidature de Taha Bouhafs pour "créer les conditions de gagner" dans cette circonscription du Rhône.

Jean-Luc Mélenchon, qui avait soutenu la candidature du journaliste, a réagi dans la foulée à cette annonce sur Twitter. "Une meute s'est acharnée contre lui", regrette le président de La France Insoumise. "À 25 ans c'est lourd de vivre avec des menaces de mort et des mises en cause publiques quotidiennes".



Celui qui est arrivé en 3e position à la présidentielle dit éprouver des regrets. "Je m'en veux de ne pas avoir su le réconforter autant que nécessaire."

Sur le même sujet