"Il a un souci majeur": le porte-parole du PS accuse Macron de vouloir "enjamber" maintenant les législatives

Le porte-parole du PS Pierre Jouvet a accusé mercredi Emmanuel Macron de vouloir "enjamber" désormais les élections législatives, et la majorité présidentielle de tenter de faire de l'alliance des gauches (Nupes) "un épouvantail".

"Il a un souci majeur": le porte-parole du PS accuse Macron de vouloir "enjamber" maintenant les législatives
©AFP
AFP

Devant les candidats aux législatives de la maison commune Ensemble! mardi soir, le chef de l'État a affirmé, selon des participants, qu'"il n'y a pas de troisième tour de l'élection présidentielle", référence à l'idée entretenue par le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon, cheville ouvrière de l'alliance des gauches.

Une déclaration rejetée mercredi sur Radio J par Pierre Jouvet. "Emmanuel Macron reste sur sa voie: il a voulu enjamber l'élection présidentielle et maintenant il voudrait enjamber les élections législatives. Il a un souci majeur, c'est qu'il ne veut pas qu'on parle de politique, car il ne veut pas être mis ni face à son bilan ni face à ses contradictions, et surtout il ne veut pas qu'on pointe ce qu'il veut faire", en particulier "la retraite à 65 ans", a accusé M. Jouvet.

De son côté, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat, a jugé "honteux de la part du président de la République, qui le soir de son élection a dit 'je suis le président de tous les Français', d'être là au coeur de la campagne en allant à une journée de formation de 500 candidats de (...) ce conglomérat favorable à sa présidence".

"Ce n'est pas son rôle (...) C'est le rôle du Premier ministre. Il n'avait qu'à nommer un Premier ministre, ou n'avait qu'à laisser M. Castex le faire jusque-là", a ajouté M. Kanner, se disant "choqué de cet engagement".

"Le premier acte officiel" du "nouveau président que l'on espérait moins jupitérien, moins vertical, plus consensuel" est "d'être le chef de guerre de sa future potentielle majorité. Si c'est ça le 'nouveau nouveau monde', on aura quelques surprises", a-t-il pronostiqué.

Pierre Jouvet a par ailleurs accusé la majorité présidentielle d'être "en train de faire de la Nupes un épouvantail en faisant croire qu'avec le personnage Jean-Luc Mélenchon et ce qu'il y a derrière, c'est en fait le retour d'une vieille extrême gauche".

Interrogé pour savoir si le projet de l'alliance unissant LFI, EELV, PS et PCF était réellement applicable, il a assuré qu'il était "tenable et finançable", faisant valoir qu'"on demande toujours à la gauche comment financer un projet" mais "jamais ni à la droite ni à Emmanuel Macron qui a pourtant ouvert les caisses et fait un espèce d'open bar financier".

Sur le même sujet