Dans la course aux élections législatives, les macronistes craignent Mélenchon : "Le seul aujourd'hui qui existe, à part la majorité présidentielle"

La majorité "prend au sérieux" la dynamique de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) de Jean-Luc Mélenchon, car c'est la seule opposition "forte et crédible", et le choix à faire aux législatives sera entre ces deux forces, a estimé jeudi la députée LREM Aurore Bergé.

AFP
Dans la course aux élections législatives, les macronistes craignent Mélenchon : "Le seul aujourd'hui qui existe, à part la majorité présidentielle"
©AFP

Se refusant à tout pronostic avant le soir du second tour du 19 juin, le ministre des Relations avec le parlement Olivier Véran a appelé jeudi les Français à faire "le choix de la cohérence" et "accorder une majorité" au président réélu.

"C'est fondamental, c'est l'enjeu de la stabilité qui se joue", a-t-il plaidé sur LCP. Car "si vous aviez un parlement qui, dès un début de mandat, n'était pas en concordance avec le programme pour lequel le président de la République a été élu, ce serait une déstabilisation majeure de la politique dans notre pays pour les années à venir", a-t-il assuré.

"On prend (la dynamique de la Nupes, NDLR) au sérieux parce que, à la fois médiatiquement, à la fois dans les sondages, le seul aujourd'hui qui existe, à part la majorité présidentielle, c'est Jean-Luc Mélenchon", a expliqué sur France 2 Aurore Bergé, présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

"Sur ces élections législatives, il y a un choix très clair, politique, que les Français vont faire: est-ce qu'ils veulent une majorité pour le président de la République ou est-ce qu'ils veulent une majorité pour Jean-Luc Mélenchon?", a ajouté la députée des Yvelines.

"Ce sont deux projets politiques, deux projets de société, deux projets institutionnels, deux projets sur les enjeux économiques qui sont radicalement différents", a-t-elle pointé.

Les candidats de la confédération électorale Ensemble!, qui regroupe LREM, le Modem, Horizons et Agir, arriveraient en tête en nombre de sièges pour les législatives, sans être toutefois certains de décrocher la majorité absolue à l'Assemblée nationale, selon les projections d'un sondage Ifop-Fiducial pour LCI diffusé mardi.

Ils obtiendraient entre 275 et 310 sièges, contre 170 à 205 pour la Nupes, alliance électorale associant LFI, EELV, le PC et le PS.

La majorité absolue correspond à la barre des 289 députés sur les 577 futurs élus qui siégeront sur les bancs du Palais bourbon.

"Nos chances de gagner sont assez élevées" aux législatives des 12 et 19 juin, a pour sa part assuré Jean-Luc Mélenchon en meeting mercredi à Paris.

Depuis plusieurs jours, la majorité cible clairement le leader de LFI, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire le comparant même à un "Chavez gaulois".

"Je le prends à la rigolade et je me dis que si Jean-Luc Mélenchon est autant la cible du gouvernement et la majorité présidentielle, c'est que manifestement il y a une inquiétude qui commence à émerger du côté d'Emmanuel Macron et de ses soutiens quant aux résultats des législatives", s'était réjoui l'eurodéputé LFI Manuel Bompard mercredi sur franceinfo.