"Sketch à la Trump", "Tentative de diabolisation": l'opposition fulmine après le discours surprise d'Emmanuel Macron

Le président français Emmanuel Macron a surpris ce mardi avec une allocution non attendue sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, à quelques jours du deuxième tour des élections législatives. Une prise de parole qui n'a pas plu à l'opposition.

Ad.R. avec AFP
"Sketch à la Trump", "Tentative de diabolisation": l'opposition fulmine après le discours surprise d'Emmanuel Macron
©AP

Juste avant de s'envoler pour la Roumanie et la Moldavie, Emmanuel Macron a tenu un discours surprise devant la presse. Le président français s'est exprimé directement depuis le tarmac de l'aéroport d'Orly, avec l'avion présidentiel juste derrière lui. Il a appelé les Français à "donner une majorité solide au pays" lors du second tour des élections législatives dimanche. "Rien ne serait pire que d'ajouter un désordre français au désordre mondial [...] Il nous faut défendre nos institutions face à tous ceux qui les contestent et les fragilisent", a-t-il déclaré d'un ton très solennel, en ciblant Jean-Luc Mélenchon, son principal adversaire pour le deuxième tour.

Cependant, Emmanuel Macron n'a pas donné de consignes de vote claires aux citoyens. D'une voix grave, il a appelé "au sursaut républicain": "Aucune voix ne doit manquer à la République".

Une non-prise de position et un ton alarmant qui ont surpris et dérangé l'opposition à la coalition Ensemble! du président. Jean-Luc Mélenchon, leader de la Nupes, a réagi au discours du locataire de l'Élysée sur son blog personnel, qualifiant son allocution à l'aéroport de "coup raté". "Ce sketch à la Trump pour mettre en garde contre l’ennemi de l’intérieur est le symbole d’une époque", a écrit Jean-Luc Mélenchon, en référence aux traditionnelles prises de parole de l'ancien président des États-Unis devant l'US Air Force One. "Macron coule. Dans les urnes, à part chez les plus de soixante ans. Dans les sondages et dans l'autorité sur les siens, le drapeau est en berne", lit-on encore sur le blog de l'Insoumis.

Le secrétaire national d'EELV Julien Bayou a de son côté dit avoir l'impression de se trouver face à "un président qui tout simplement perd ses nerfs et qui fait preuve d'une grande fébrilité". Il s'est dit "surpris en tant qu'écologiste" du ton d'Emmanuel Macron durant son discours, derrière lequel il voit "une tentative de diabolisation qui tombe à plat". Julien Bayou a jugé, sur l'antenne de BFMTV, "vraiment dangereux que le président finalement puisse se dire que s'il est battu, c'est la République qui est battue". "Il y a là quelque chose de très arrogant, de très Jupiter [...] une dérive en fait. Ça arrive de perdre des élections et si manifestement LREM est battue dimanche, ça ne sera qu'une défaite, en rien un problème pour la démocratie, pour la République".

Pour le chef de file des communistes Fabien Roussel, "ça sent le sapin et la panique à bord". "Toujours zéro engagement pour les Français, les salaires et les retraites. Que des mots pour faire peur. Nous ne voulons plus de votre majorité et de votre désordre social. Nous voulons des jours meilleurs, du progrès et de la justice!", a-t-il tweeté.

Sur Twitter également, la candidate de la Nupes Sandrine Rousseau a ironisé sur l'attitude de Macron: "Avec ce vent de panique qui souffle fort, l’avion présidentiel va arriver plus vite que prévu en Roumanie".

À droite aussi, l'allocution du chef d'État a fait réagir. Valérie Boyer (LR) a critiqué le président car, selon elle, "une fois encore nous avons droit au 'c'est moi ou le chaos'". "Cela le dérangeait moins lorsqu'il comptait sur les voix de LFI pour la présidentielle", a-t-elle conclu. Sur Europe 1, Jordan Bardella, numéro 1 du Rassemblement national, a appelé les Français à voter RN, en modifiant les paroles d'Emmanuel Macron. "Si aucune voix ne doit manquer à la République, alors il faut voter Rassemblement National. Nous sommes les seuls à défendre la République dans cette élection", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse mardi en fin d'après-midi.

Sur le même sujet