La sortie chahutée du président français et de la Première dame, ce samedi 18 janvier au théâtre des Bouffes du Nord, suscite encore de vives interrogations. Des questions auxquelles Taha Bouhafs a en partie répondu ce lundi 20 janvier au cours de l'émission Quotidien. Le journaliste de "Là-bas si j'y suis" est revenu sur le tweet qu'il a envoyé ce fameux soir, signalant la présence du chef d'Etat au théâtre parisien et attirant dans l'heure quelque 200 manifestants.

L'homme, proche des gilets jaunes, a ainsi raconté comment ces personnes ont essayé de s'infiltrer dans les Bouffes du Nord. Mais s'il a assisté en partie à la scène, le journaliste a très vite été arrêté par les services assurant la sécurité du président et placé en garde à vue. Il a toutefois eu le temps de filmer le déroulement des événements, avant d'être embarqué. "Des images terribles", a-t-il admis à Quotidien. Une vidéo que le journaliste a déclaré craindre de voir disparaître. "Mon téléphone a été mis sous scellés, et dans ce téléphone, il y a la vidéo terrible où on voit un président de la République, ainsi que la première dame, prendre leurs jambes à leur cou", a expliqué le jeune homme. 



Alors que les militants contre la réforme des retraites pénètraient dans la salle, Emmanuel et Brigitte Macron ont en effet été exfiltrés. "Ils ont fui des gens qui sont entrés dans le théâtre, qui viennent leur demander des comptes", a-t-il conclu. 

Roselyne Bachelot, également présente ce soir-là, avait quant à elle déclaré que le président avait été "très calme". "Il est resté jusqu'au bout, avait-elle détaillé aux Grosses Têtes. La pièce s'est arrêtée un tout petit peu, les spectateurs sont restés imperturbables".