Face à une "dégradation manifeste" de l’épidémie du Covid-19, le Premier ministre français Jean Castex a appelé vendredi ses compatriotes à la responsabilité collective pour "vivre avec le virus" et éviter un nouveau "confinement généralisé".

Alors que le Conseil scientifique avait indiqué mercredi que le gouvernement devrait "prendre des mesures difficiles" face à l’expansion de l’épidémie, M. Castex n’a pas annoncé de nouvelles restrictions drastiques comme l’aurait été par exemple une fermeture des bars ou restaurants. Mais il a lancé un nouvel appel à la responsabilisation collective.

"J’en appelle aujourd’hui solennellement au sens des responsabilités de chacune et chacun d’entre vous", a-t-il déclaré, en demandant "en particulier aux personnes âgées d’observer la plus grande prudence au quotidien".

M. Castex a aussi annoncé que la durée d’isolement pour les cas contacts au Covid-19 serait ramenée à 7 jours contre 14 jusqu’à présent. "Il est primordial que chacun respecte strictement cette durée d’isolement, ce qui donnera lieu à des contrôles", a-t-il ajouté.

42 départements classés en rouge

Après un Conseil de défense de trois heures consacré à l’épidémie, le chef du gouvernement a constaté une "dégradation manifeste" de l’épidémie et reconnu que le virus "n’a pas baissé d’intensité" et "est là pour quelques mois encore".

"Nous devons réussir à vivre avec lui sans nous laisser entraîner à nouveau dans une logique de confinement généralisé", a-t-il affirmé de Matignon, où il s’est placé en isolement après avoir côtoyé samedi dernier le directeur du Tour de France, positif au Covid-19.

Il a expliqué qu’il ne fallait pas "mettre entre parenthèses notre vie sociale, économique et culturelle", malgré la hausse des contaminations, et a précisé que 42 départements étaient désormais classés en rouge.

"Ce classement n’emporte pas de conséquence automatique mais il permet au préfet en lien avec les autorités sanitaires et des élus locaux de déclencher des mesures supplémentaires de réduction des risques, notamment sur le port du masque, les rassemblements sur l’espace public, les grands événements ou les horaires d’ouverture de certains commerces", a souligné le chef du gouvernement.

Il a d’ailleurs demandé aux préfets concernés de lui proposer "d’ici lundi de nouvelles mesures complémentaires".

Tests : délais d’attente trop importants

Pour faire face à cette recrudescence, il a annoncé le recrutement de 2 000 personnes supplémentaires à l’Assurance maladie et dans les Agences régionales de santé (ARS) pour renforcer le traçage des contacts de personnes infectées.

Le Premier ministre a par ailleurs reconnu que les temps d’attente pour les tests du Covid-19 étaient "trop importants" et annoncé que des "créneaux horaires" seraient réservés pour les personnes prioritaires.

"Attendre, ce n’est pas grave s’il n’y a pas urgence. Mais c’est problématique lorsque vous êtes prioritaire, si vous présentez les symptômes de la Covid, si vous avez été en contact rapproché avec une personne positive, ou enfin si vous êtes un personnel soignant ou assimilé, travaillant à l’hôpital dans un Ehpad ou à domicile", a-t-il souligné.

Lors du Conseil de défense, le président de la République Emmanuel Macron a rappelé l’exigence de résultats et souhaité que plus soit fait en matière de tests et de sensibilisation des personnes vulnérables, selon une source gouvernementale. (AFP)