Malgré l'interdiction en vigueur, un restaurateur a ouvert mercredi son établissement à Nice en signe de "désobéissance civile". Le "Poppies", une brasserie du centre-ville, a donc accueilli illégalement une cinquantaine de clients. La plupart ne portaient pas de masque.

Si le gérant a choisi d'ouvrir son restaurant, c'est par lassitude des mesures qui l'empêchent de travailler mais également car "il ne croit pas à l'épidémie". Relayant des théories complotistes avec ses clients, le gérant a affirmé à plusieurs reprises que "tout cela n'était que des mensonges" et que "les hôpitaux étaient vides".

Alertée, la police s'est rendue sur les lieux, mais n'a pas réussi à faire fermer le restaurant qui a poursuivi ses deux services. Le gérant a toutefois été invité à s'expliquer au commissariat. Il a ensuite été placé en garde à vue, pas pour avoir ouvert son restaurant illégalement, mais pour employer une personne en situation irrégulière. Comme l'explique le préfet des Alpes maritimes, le cuisinier, un sans-papier, a été placé en rétention.

 

L'affaire ne s'arrêtera évidemment pas là : tous les clients ainsi que le gérant seront verbalisés. Le patron s'y était bien sûr préparé, expliquant que l'amende était "le prix à payer pour la liberté". Pour rappel, l'épidémie de coronavirus a causé la mort de plus de 74.000 personnes en France.