Dans la station de sport d'hiver de Verbier, en Suisse, des photos d'une foule agglutinée au départ des remontées mécaniques, relayées sur les réseaux, ont créé l'indignation samedi.


"Aujourd’hui, une situation invraisemblable à Verbier. Nous les propriétaires de cafés et restaurants avons fermé nos établissements sur ordre du Conseil d’État depuis le 4 novembre pour enrayer l’évolution de la pandémie et sauver la saison de ski. C’est vraiment un scandale d’anéantir nos efforts par des comportements inappropriés.…", a réagi avec colère sur Facebook le Chef Didier de Courten.

Le regroupement s'est produit malgré le protocole sanitaire mis en place, dont la police était censée veiller au respect. Si les pistes skiables ont été autorisées à ouvrir en Suisse, sans limite générale, les moyens de transport des skieurs (télécabines, téléphériques et trains) sont eux limités en capacité. Les usagers doivent respecter les distanciations sociales et porter le masque dans la file d'attente pour les remontées.

"Le protocole mis en place était mal respecté par endroits, c’est pourquoi des mesures correctives sont en cours pour que ça ne se reproduise plus", a déclaré le président de la commune, Eloi Rossier, au média suisse 20 minutes, suite à l'incident. 

"Au moment où l’Europe entière nous regarde, c’est inacceptable que Téléverbier ait été dans l’incapacité d’organiser des queues correctes, avec barrières, marquages au sol et rappel strict des règles.", s'est indigné le président du Conseil d’État valaisan, Christophe Darbellay, auprès du Nouvelliste.

Après cette polémique, la commune a rectifiée le tir en déployant de nouvelles mesures ce dimanche, rapporte Le Nouvelliste.