"Nous sommes prêts à remettre nos relations sur les rails", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours devant les ambassadeurs des pays de l'UE en poste à Ankara. "Nous espérons que nos amis Européens montreront la même volonté".

En décembre, les dirigeants de l'Union européenne, réunis en sommet à Bruxelles, ont décidé de sanctionner les actions "illégales et agressives" de la Turquie en Méditerranée contre la Grèce et Chypre.

Le sommet de l'UE a adopté des sanctions individuelles censées viser des personnes impliqués dans les activités d'exploration menées par la Turquie en Méditerranée orientale.

Ces travaux d'exploration gazière menés par la Turquie dans des zones maritimes disputées avec la Grèce et Chypre étaient depuis des mois au centre de tensions.

La crise entre Athènes et Ankara s'est intensifiée avec le déploiement en août par la Turquie du navire de recherche sismique Oruç Reis dans les zones disputées.

Depuis plusieurs semaines, les responsables turcs multiplient les appels au dialogue avec les Européens pour régler les sujets de tension, qui, outre la dispute maritime gréco-turque, portent notamment sur le rôle de la Turquie dans les conflits en Syrie, en Libye et plus récemment au Nagorny Karabakh.

"Faire de 2021 une année de succès pour les relations entre l'UE et la Turquie est à notre portée. Nous pouvons y arriver en travaillant avec une vision à long terme, loin des préjugés et des appréhensions", a encore dit M. Erdogan mardi.

Il a demandé aux diplomates européens, qu'il a reçus dans le complexe présidentiel à Ankara, leur "soutien" pour "ouvrir une nouvelle page dans les relations entre la Turquie et l'Union européenne".

Ses déclarations surviennent au lendemain de l'annonce de la reprise, le 25 janvier à Istanbul, des discussions exploratoires entre la Turquie et la Grèce en vue de régler leur dispute au sujet de l'exploration d'hydrocarbures en Méditerranée orientale.

"Nous pensons que ces discussions avec la Grèce peuvent inaugurer une nouvelle ère", a estimé M. Erdogan.