Ce dimanche soir, Eric Zemmour a livré un long entretien au média "Livre noir". Pour l'occasion, il est revenu sur les rumeurs qui l'annoncent candidat aux élections présidentielles. Si Marine Lepen a déjà fait savoir qu'une telle candidature risquerait d'affaiblir "le camp national" à ce scrutin en favorisant de fait la victoire d'Emmanuel Macron, le principal intéressé semble lui jouer de la situation.

"Je fais de plus en plus de propositions, je pense de plus en plus à comment mettre en application ce que je dis. Peut-être qu'il faut passer à l'action", a-t-il déclaré très énigmatique. Il est vrai qu'en intervenant tous les soirs sur la chaîne de télévision CNews, Eric Zemmour ne manque pas d'occasion pour faire part de ses nombreuses opinions et de ses idées pour influencer les politiques françaises. "Ils font des propositions dans le vide (ndlr: les politiques). D'Emmanuel Macron à Marine Lepen, ils ne comprennent pas ce qu'il se passe (...) J'étais naïf je pensais que si je posais le bon diagnostic sur nos problèmes de société, des professionnels de la politique allaient s'en emparer et mettre en œuvre des mesures adaptées. Mais je ne vois aucun politique faire cela donc je réfléchis à la suite et comment agir".

Beaucoup ont interprété ces propos comme les prémisses d'une candidature officielle à la présidence française. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'il laisse entendre qu'il pourrait être candidat. Déjà, en avril dernier sur Paris Première, lorsqu'il avait été interrogé sur le sujet, il avait expliqué que "ce n'était pas une réponse qu'il comptait donner dans l'immédiat". Plusieurs de ses proches ont également affirmé que devenir le prochain président français était quelque chose qu'il envisageait et qu'il étudiait le terrain. 

Au cours de cet entretien, le journaliste est également revenu sur ses sujets de prédilection à savoir l'islam, l'immigration ou encore la misogynie. "Je n'ai rien contre les femmes, mon seul ennemi c'est ce féminisme indifférentialiste. Je pense que ce féminisme est dangereux, criminel et totalitaire (...) Qu'est ce qui met aujourd'hui les femmes en danger ? (...) Je pense aujourd'hui que l'homme qui défend le mieux les femmes c'est celui qui se bat contre l'immigration du sud de la Méditerranée d'une civilisation qui enferme les femmes", a-t-il notamment déclaré. 

"Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre et si nous voulons la gagner il faut vraiment se battre. Cela n'a rien de défaitiste c'est au contraire très optimiste, mais un optimisme qui n'est pas idiot et qui est fondé sur des réalités", a-t-il affirmé en concluant cet entretien.