Le 24 mai 2018, le Parti Populaire avait été condamné par le haut tribunal de l'Audience nationale pour avoir bénéficié d'un "financement illégal" à l'issue de ce procès.

Un total de 351 ans de prison avait été infligé à 29 prévenus, parmi lesquels d'anciens responsables du PP.

La Cour suprême, auprès de laquelle le parti avait déposé un recours, a estimé mercredi dans sa décision que la formation conservatrice avait bien bénéficié "d'un authentique et efficace système de corruption".

Le tribunal a confirmé dans l'ensemble les peines prononcées contre les principaux prévenus, réduisant toutefois de quatre ans la condamnation de l'ancien trésorier du PP Luis Barcenas, qui a écopé de 29 ans d'emprisonnement.

Ce scandale, connu en Espagne sous le nom d'"affaire Gürtel", reposait sur un système de versement de pots-de-vin à des élus et des responsables du PP en échange de juteux contrats publics entre 1999 et 2005, dans différentes régions.

En 2018, le verdict avait fait l'effet d'une bombe politique en Espagne: le socialiste Pedro Sanchez avait immédiatement déposé une motion de censure contre Mariano Rajoy au Parlement, qui avait une semaine plus tard renversé le dirigeant conservateur, remplacé par M. Sanchez, qui est toujours au pouvoir.